Pour la première fois, le nombre d'infections au coronavirus est plus faible dans la population active que dans la population générale

Depuis deux semaines, le nombre d'infections au coronavirus est plus faible chez les travailleurs que dans la population générale.

Belga avec la Rédaction
Pour la première fois, le nombre d'infections au coronavirus est plus faible dans la population active que dans la population générale
©FLEMAL JEAN-LUC

D'après le rapport bimensuel du professeur de médecine du travail de la KU Leuven, Lode Godderis, c'est la première fois depuis le début de la pandémie que l'on dénombre plus d'infections au Covid dans la population générale que chez les travailleurs. Le rapport porte sur la période comprise entre le 19 avril et le 2 mai. Les données de l'institut de santé Sciensano, associées aux données de la sécurité sociale et au tracing des cas contacts, permettent de comparer les différents secteurs. Les chiffres sont consultés sur la base du taux d'incidence sur quatorze jours, c'est-à-dire le nombre d'infections pour 100 000 personnes sur cette période.

L'incidence dans la population active pendant cette période était de 718. Au cours de la période précédente, du 5 au 18 avril, ce chiffre était de 1 101. Le nombre d'infections a ainsi diminué de 35%.

Le dernier rapport situe l'incidence pour la population générale à 758. Le rapport précédent faisait encore état d'une incidence de 1 048. Dans ce groupe aussi, il y a eu une forte baisse : 28%.

Dans le secteur des soins et de l'action sociale, le nombre d'infections est toujours plus élevé que dans la population générale. Cela concerne principalement les lieux de travail tels que les hôpitaux et les centres de soins résidentiels. Dans l'ensemble, ce secteur a une incidence de 869.

Celui de l'éducation, qui a toujours eu des chiffres élevés dans les rapports précédents, est également tombé en dessous du niveau de la population active durant la quinzaine étudiée et se retrouve avec une incidence de 715.