TAPA, le nouveau AIRBNB des objets débarque en Belgique !

TAPA est une start-up qui veut mettre en lien des propriétaires d’objets avec des emprunteurs ponctuels.

Rédaction
TAPA, le nouveau AIRBNB des objets débarque en Belgique !
©Shutterstock

Devenir le AIRBNB des objets. Tel est le but poursuivi par deux Bruxellois qui se sont lancé ce défi en Belgique. Jean-Charles et Soline ont tous les deux la trentaine. L’une comme l’autre travaille dans une boîte comme employé.

Mais ils ressentaient le besoin d'entreprendre un projet commun qui a du sens. Et, surtout, en phase avec le monde dans lequel ils vivent. "Notre modèle économique actuel incite à la surconsommation car il n'offre pas d'alternative concrète à l'achat", commence Jean-Charles. "Aujourd'hui il est plus facile d'acheter et de posséder un objet pour l'utiliser quand on veut. Même si ce n'est que quelques fois par an. Cela conduit à des situations où les gens sont entourés de tonnes de biens inutilisés à la maison. Actuellement, la population ne fait pas particulièrement attention à l'empreinte carbone des objets qu'ils achètent. Mais, les mentalités changent. A l'avenir, nous pensons que notre future société accordera moins d'importance à la possession de biens mais privilégiera de plus en plus leur accessibilité."

D'où l'intérêt de lancer leur propre société: TAPA. Un nom simple pour un projet qui l'est tout autant. Mais qui pourrait aider beaucoup de personnes à l'avenir. "Effectivement, TAPA met en relation les personnes qui recherchent des objets avec celles qui en possèdent. Les propriétaires peuvent gagner de l'argent en mettant en location les objets qu'ils utilisent peu. Tandis que les locataires peuvent louer les objets dont ils ont besoin, uniquement quand ils en ont besoin", poursuit Soline.

L'objectif est également de ne pas léser les consommateurs de la plateforme. "Le service que nous offrons est gratuit pour les propriétaires d'objets. Autrement dit, si quelqu'un décide de mettre son vélo en location pour 15€, il recevra 15€ en retour." Une situation Win-Win pour tout le monde.

Un projet né d’une frustration

Mais comment ces deux Bruxellois purs souches ont-ils pensé à cette idée? "En fait, l'idée de ce projet est née d'un problème auquel nous et bon nombre de nos proches étions confrontés. Souvent, nous avions besoin de différentes choses. Cela pouvait aller d'un VTT pour un week-end en forêt à une perceuse électrique pour faire quelques travaux de rénovation. Lorsque nous demandions à notre cercle proche, ce n'était souvent pas possible. Et les options de locations sur internet sont très chères. Ou nécessite une grosse caution. En plus, l'offre était très faible dans notre pays et il n'existe aucune plateforme permettant aux particuliers de se louer des objets entre eux de manière sécurisée."

De cette frustration, les deux entrepreneurs ont voulu en faire une force. L'idée était également de créer un projet contemporain qui place l'humain en son centre. "Effectivement, nous fonctionnons sur un double pilier. Le premier est la sécurité. En proposant une plateforme qui sécurise l'ensemble du processus de location. Ensuite, nous voulons créer une communauté qui se rencontre, qui discute et qui se note mutuellement afin de créer une confiance réciproque. TAPA a donc l'avantage de mettre en avant l'économie collaborative et circulaire." Notions qui sont très importantes et qui caractérisent la nouvelle génération. "Non seulement les propriétaires vont offrir une seconde vie à leurs objets inutilisés la plupart du temps. Tout en rencontrant du monde et en leur permettant de générer des revenus grâce aux locations."

Un modèle qui fonctionne à l’étranger

Cette idée n'est pas totalement neuve en Belgique. Dans le Hainaut, des entrepreneurs avaient déjà tenté le coup mais la sauce n'avait pas pris par manque de moyens financiers et humains. Ce qui n'est pas pour autant le cas en Europe. Lancée à Londres en 2018, la start-up Fat Llama propose le même service que TAPA. De l'autre côté de la Manche, le succès a vite été au rendez-vous. Avant de s'étendre aux États-Unis avec un succès retentissant. Selon le Forbes, certains propriétaires ont gagné jusqu'à 10 000 dollars par mois en revenus locatifs. Tandis que les emprunteurs ont économisé environ 12 millions de dollars en tout. "En Belgique, le marché est plus petit. Mais nous sommes persuadés que la demande existe", assurent les deux entrepreneurs. "Bien sûr, nous sommes une petite star-up. Avec notre équipe, nous allons lancer une première levée de fond afin d'introduire une assurance afin de protéger tous les objets mis en location."

Une première étape importante dans leur développement. "La prochaine étape consiste à étendre la communauté pour multiplier les origines des objets. Une caméra GoPro pour un voyage à l'étranger, un appareil photo pour une séance, un karcher pour nettoyer sa terrasse, du matériel de camping pour nos vacances ou nos festivals, un grand barbecue pour un bel après-midi d'été entre amis, un château gonflable pour l'anniversaire des enfants… Bref, nous voulons satisfaire tout le monde. Les petits comme les grands !"

Pour découvrir TAPA, aller sur le site internet https://www.try-tapa.com/