La situation à Vivalia est sous contrôle, assure la direction

Le rétablissement total de la situation pourrait toutefois prendre plusieurs mois.

La situation à Vivalia est sous contrôle, assure la direction
©BELGA

Touchée par une cyberattaque, l'intercommunale de soins de santé Vivalia assure gérer la crise de manière professionnelle. "Nous maîtrisons la situation", assure le directeur général de l'intercommunale, Yves Bernard.

Plus tôt cette semaine, des pirates informatiques se réclamant du groupe Ransomware Lockbit ont revendiqué cette cyberattaque. Des revendications que l'intercommunale n'a pas souhaité commenter, le volet judiciaire du dossier étant traité par le parquet fédéral. "Vivalia joue la transparence limitée par les secrets de l'instruction", dit M. Bernard.

Pas le chaos, mais la situation est difficile

Le responsable s'est dit "choqué" par les articles de presse évoquant une situation de "chaos" dans les hôpitaux. Le docteur Pascal Pierre, directeur général aux affaires médicales, reconnaît que la situation sur le terrain est difficile. "Mais c'est loin d'être le chaos. Nous sommes dans une société connectée. L'attaque est plus profonde que ce que d'autres hôpitaux ont connu. Le but premier est que tout refonctionne de manière safe. Tout le monde aimerait que son ordinateur refonctionne demain. Mais ce ne sera pas le cas. Il existe un plan de redéploiement qui prévoit d'abord la radiologie, puis les dossiers patients, puis l'ensemble." Pascal Pierre évoque "une situation de guerre". "C'est un peu comme si on avait reçu un missile sur un poste de commandement. On n'a plus de messagerie. On fonctionne via WhatsApp. Le matin, nous sommes entre 20 et 30 à chaque réunion. On rétablit progressivement. Jeudi, nous avons pu récupérer les agendas de consultations. Ce n'est pas simple. Quelque 6 349 consultations étaient programmées la semaine prochaine. Pour l'instant, cela reste suspendu jusqu'à début de semaine prochaine", dit-il. Le rétablissement total de la situation pourrait prendre plusieurs mois, indique le directeur général.