Les réservations à la mer du Nord en augmentation cet été par rapport à l'année dernière

Le nombre de réservations pour des nuitées au littoral pendant les vacances d'été est plus élevé que l'année dernière à la même période, ressort-il lundi des chiffres de l'office du tourisme provincial Westtoer.

Belga
Les réservations à la mer du Nord en augmentation cet été par rapport à l'année dernière
©BELGA

Cette hausse des réservations s'explique, selon la ministre flamande du Tourisme Zuhal Demir, par le nombre élevé de visiteurs étrangers à la Côte. Plus précisément, le nombre de chambres réservées dans des hôtels du littoral pour les mois d'été à venir a augmenté de 14% par rapport à la même époque l'année dernière. Trente-et-un pour cent des réservations l'ont été par des touristes étrangers, contre seulement 20% l'année dernière.

Le secteur des maisons de vacances en bord de mer se porte également bien, puisque leur taux d'occupation moyen oscille entre 75 et 85%.

"En été, l'impact de la hausse des prix de l'énergie reste limité, puisqu'aucun chauffage n'est nécessaire", fait remarquer Sabien Lahaye-Battheu, députée et présidente de Westtoer.

Il semblerait, en revanche, que les adeptes du camping attendent de connaître la météo avant de réserver un emplacement. "A la fin du mois de mai, lors de la saison passée, les campings du littoral étaient déjà bien remplis pour juillet et août, sans que les conditions météo ne soient alors connues. Ce qui contraste avec la situation cette année, les deux premières semaines de juillet s'annonçant jusqu'ici plutôt calmes. Bien sûr, si du soleil est annoncé, le nombre de réservations de dernière minute peut rapidement augmenter", explique l'office régional.

Après deux années marquées par les restrictions liées à la pandémie de coronavirus, "la reprise du secteur du tourisme avait déjà été amorcée l'année dernière. Après un bon printemps, les prévisions pour l'été à venir sont positives. La Côte continue à être prisée par les vacanciers belges tandis que le regain d'intérêt des visiteurs étrangers est un facteur d'optimisme", fait valoir Mme Lahaye-Battheu.