Le gynécologue accusé d'avoir utilisé son propre sperme pour des inséminations artificielles se défend: "Je n'ai pas commis de crime"

Het Laatste Nieuws a contacté le gynécologue incriminé. Celui-ci se défend d'avoir causé du tort : "Je n'ai pas commis de crime."

Le gynécologue accusé d'avoir utilisé son propre sperme pour des inséminations artificielles se défend: "Je n'ai pas commis de crime"
©SHUTTERSTOCK

Hier, la VRT rapportait qu'un gynécologue, à présent à la retraite, aurait pu avoir recours à son propre sperme pour des inséminations artificielles dans les années 80 en Belgique.

Ce vendredi, Het Laatste Nieuws s'est rendu au domicile du médecin afin d'obtenir sa version des faits. L'homme s'est défendu, arguant qu'il ne faisait qu'"aider des gens en détresse" et d'ajouter: "Je n'ai pas commis de crime."

De son côté, il affirme avoir contacté un avocat. Il refuse de confirmer ou d'infirmer les faits reprochés.

Suite au reportage de la VRT, l'hôpital AZ Delta avait ouvert une ligne d'assistance pour les parents ou les enfants de donneurs inquiets. Une dizaine de personnes a déjà contacté l'établissement.