La Défense se renforce pour affronter les futures catastrophes

La Défense se renforce pour affronter les futures catastrophes
©TONNEAU

À tort ou à raison, la Défense n’a pas été épargnée par les critiques lors des inondations de l’été dernier. Pas d’hélicoptères ou de bateaux capables de secourir les sinistrés dans des situations extrêmes, pas de ponts amovibles, des secours arrivés tardivement… Les carences de l’armée semblaient criantes. Quelques semaines plus tôt, un violent incendie dans le domaine militaire de Brecht mettait en exerce une autre faiblesse, l’absence de matériel de lutte contre le feu (hélicoptères et camions).

Ces critiques, le plan Star de la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), va tenter d'y apporter des réponses dans les prochaines années. Ce plan d'investissements militaires de plus de 10 milliards d'euros à l'horizon 2030 prévoit, entre autres, l'acquisition de capacités dites duales, c'est-à-dire prévues pour les opérations militaires mais pouvant servir pour l'aide à la Nation.

Routes, ponts, abris, pistes d’atterrissage

Ainsi, "l'acquisition d'une flotte de 15 hélicoptères légers permettra […] d'augmenter la résilience de notre société [en particulier] dans la gestion des contingences en cas de catastrophes, notamment pour le transport de blessés et pour effectuer ou coordonner des actions de sauvetage ou de lutte anti-feu", expliquait Ludivine Dedonder, le 28 juin, au Parlement, lors de la présentation du plan Star. Ces 15 hélicoptères (250 millions d'euros) sont attendus entre 2024 et 2026.

Dans le cadre de l'aide à Nation, la logistique et le génie peuvent avoir un rôle important. "La construction militaire peut fournir un appui à la gestion de conséquences en cas de catastrophe et peut également être déployée pour des missions humanitaires nationales, selon la ministre de la Défense. Elle peut par exemple fournir un soutien général pour l'élimination d'obstacles ; la construction d'abris ; la construction, la réparation et le nivellement de routes et de ponts ; la construction et la réparation de pistes d'atterrissage, etc."

"Les éléments actuels de construction militaire présents au sein des bataillons multimodaux du génie seront conservés et renforcés. Les investissements prévus serviront à remplacer et renforcer le matériel principal de la construction militaire."

Un hub logistique

Il est aussi prévu le développement d'un hub logistique "qui améliorera la mobilité militaire - y compris à l'échelle nationale - et donc la résilience du pays", disait encore Mme Dedonder devant les députés. Dans le plan Star, il est précisé que "le hub agira comme un [centre d'expertise] en termes de préparation et d'envoi d'équipements".

Un montant de 112 millions d'euros est prévu pour le développement de ce hub logistique entre 2025 et 2031. Les capacités de construction seront renforcées à hauteur de 45 millions d'euros entre 2028 et 2031. Enfin, le plan Star prévoit dans le même chapitre une enveloppe de près de 64 millions (à partir de 2023) pour la capacité CBRN, c'est-à-dire la gestion des dangers chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires.

En cas de crise, il est bien souvent question de blessés et de malades. L’hôpital militaire Reine Astrid de Neder-over-Hembeek (Bruxelles) va devenir un hub médical d’ici 2030, qui comprendra un hôpital de crise. Le hub fera aussi office de centre logistique médical et pourrait à terme s’occuper de la gestion des stocks stratégiques du pays (vaccins, médicaments antidotes, matériels médicaux, etc.), dont la pandémie de Covid-19 a révélé toutes les lacunes en Belgique et en Europe.

Le rôle du commandant de province

Enfin, pour faciliter et accélérer les échanges entre la Défense et les autorités civiles locales, le rôle du commandant de province est appelé à évoluer. Il existe un commandant de ce type par province, plus un en Région bruxelloise. Il est notamment compétent pour la gestion de l'aide à la Nation en temps de crise.

Lors des inondations de juillet 2021, la lourdeur des procédures permettant de solliciter le soutien de l'armée avait été épinglée. "Les récents événements (Covid-19, inondations…) semblent indiquer qu'un renforcement des commandements de province est indispensable, selon le plan Star. Dans ce cadre, une plus grande autonomie sera par exemple accordée aux commandants de province en cas de gestion de crise."

Cet objectif figurait déjà dans la note de politique générale de la ministre Dedonder pour l’année 2022. Il devrait être davantage précisé dans un futur proche.