Vague de chaleur: quand va-t-elle frapper la Belgique et combien de temps va-t-elle durer ?

Dès ce mardi, le mercure avoisinera les 28 degrés. Un temps plus frais nous attend jeudi et vendredi avant une remontée importante des températures ce week-end avec un thermomètre qui va dépasser les 30 degrés.

Manon Laurent
Vague de chaleur: quand va-t-elle frapper la Belgique et combien de temps va-t-elle durer ?
©FLEMAL JEAN-LUC

La journée sera chaude ce mardi avec des maximas compris entre 25 et 28 degrés en Ardenne et dans la région côtière. Sur le reste du pays, les températures pourraient monter jusqu'à 31 degrés. Nous sommes, en effet, sous l'influence d'un air plus chaud qui remonte de la France. Mais cette poussée de chaleur ne signifie pas que nous entrons dans une vague de chaleur. Du moins pas tout de suite. Fabian Debal, prévisionniste pour l'Institut royal météorologique de Belgique (IRM), précise : "une vague de chaleur implique cinq jours consécutifs avec une température supérieure ou égale à 25 degrés. Dans ces cinq jours consécutifs, trois d'entre eux doivent atteindre au moins 30 degrés". La canicule, quant à elle, concerne des températures dépassant la barre des 30 degrés sur une seule journée. La Belgique connaîtra ce phénomène par endroits ce mercredi. En revanche, dès jeudi, la chaleur sera chassée par un anticyclone originaire de l'Ouest des îles britanniques qui nous offrira un peu de répit avec un air d'Atlantique plus frais. Les maximas descendront alors sous la barre des 23 degrés ce vendredi.

>> À lire également: "Ce qui va se passer en Belgique dans les prochains jours est inquiétant"

Ce répit sera le bienvenu puisqu'à partir de samedi, une importante vague de chaleur s'installera sur l'intégralité du pays. Elle devrait rester en place jusque mercredi prochain. Le week-end s'annonce donc chaud. Très chaud. Dès samedi, les maximas augmenteront pour atteindre les 27 degrés dans le centre du pays. Le thermomètre grimpera jusqu'à 33 degrés ce dimanche. Le pic de cette vague de chaleur est attendu la journée de lundi puisque la température maximale prévue est de 35 degrés. Cet air chaud, originaire de la péninsule ibérique, arrive de l'Ouest de la France. Fabian Debal confirme que "c'est un événement de fortes chaleurs, plus durables, qui se profile ce week-end".

Des nuits peu fraîches

Les nuits seront, elles aussi, assez chaudes. De mardi à mercredi, les minimas devraient atteindre les 18 à 20 degrés. La nuitée ne sera pas trop lourde en raison du peu d'humidité. Entre jeudi et vendredi, les températures nocturnes seront beaucoup plus fraîches. À partir de samedi, en raison de la montée du mercure, les minimas atteindront les 20 degrés. "Ce sont des nuits avec des températures élevées qui ne faciliteront pas le refroidissement des maisons", rapporte Fabian Debal.

Risque d'orages par endroit

A l'approche de la date d'anniversaire des inondations en Belgique, la crainte d'importants épisodes orageux est balayée par l'IRM. Cette vague de chaleur ne devrait pas générer de gros phénomènes orageux. L'IRM conçoit tout de même que des orages puissent éclater lorsque la vague de chaleur s'essoufflera. "Cette transition du maximum de chaleur vers de l'air moins chaud pourra être marquée par des épisodes plus instables avec un risque de développement de cellules orageuses", décrit le prévisionniste de l'IRM. Celui-ci insiste sur le fait que ces prévisions peuvent évoluer d'ici à la semaine prochaine. Un élément qui semble plus sûr en revanche, c'est qu'il n'y a pas de précipitations prévues d'ici à lundi. Le temps restera donc sec toute cette semaine.

La fin de l'été sera chaude

Cet épisode pourrait-il se reproduire d'ici à la fin de l'été ? L'IRM ne peut pas le prévoir avec précision mais, en se basant sur les tendances, on peut s'attendre à une fin d'été assez chaude. "A priori, il y a une probabilité significative que les températures de la fin de l'été et même du début de l'automne (si on prend la moyenne sur août, septembre, octobre) soient plus élevées que la normale. C'est un signal que nous voyons dans les prévisions saisonnières", rapporte Fabian Debal. L'IRM ne peut cependant pas préciser si cela se traduira par des épisodes de grosses chaleurs entrecoupés de périodes plus fraîches, comme ce que nous connaissons depuis le début de l'été ou si les températures seront globalement élevées. L'IRM précise que ces projections sont à prendre avec beaucoup de pincettes.

Vague de chaleur: quand va-t-elle frapper la Belgique et combien de temps va-t-elle durer ?
©IPM