Un an après l'horreur des inondations, l’heure est à l’hommage aux 39 victimes

Une cérémonie de commémoration nationale aura lieu ce jeudi à Chênée en présence du Roi et de la Reine.

Belga
Un an après l'horreur des inondations, l’heure est à l’hommage aux 39 victimes
©AFP

Une cérémonie de commémoration des 39 personnes disparues aura lieu ce jeudi à Chênée, place du Gravier, qui se situe symboliquement à la confluence de la Vesdre et de l’Ourthe, deux vallées fortement touchées par les inondations de juillet 2021.

Elle se déroulera en matinée en présence des familles des victimes, du Roi et de la Reine, des autorités politiques et administratives, de représentants des différents corps d’intervention (police, pompiers, protection civile, etc.), de représentants des bénévoles venus en aide aux personnes sinistrées et du monde associatif qui a été impliqué dans l’encadrement des victimes et des personnes sinistrées.

"Nous avons donné des sous aux sinistrés"

Les graves intempéries ont aussi provoqué des dégâts matériels considérables, surtout dans la province de Liège. La Région wallonne avait initialement estimé que l’ensemble se chiffrerait à 1,670 milliard d’euros, dont 991 millions à sa charge. Depuis, ce montant a été réévalué à la hausse, à 2,069 milliards d’euros, ce qui implique que 399 millions de financement additionnel doivent faire l’objet de négociations entre les autorités publiques et les assureurs.

"La clause de rendez-vous avec les assureurs a été déclenchée. Nous fixerons des dates à la rentrée pour des discussions difficiles que je mènerai en liaison directe avec le reste du gouvernement", a indiqué mercredi le ministre-Président wallon, Elio Di Rupo (PS), interrogé sur le sujet en commission du Parlement régional.

Un "cadeau d'un milliard aux assureurs", a de nouveau attaqué le PTB. M. Di Rupo a défendu, sans surprise, les décisions du gouvernement. "Nous avons donné des sous aux sinistrés ; pas aux assurances, dans l'intérêt des victimes des inondations. Si c'était à refaire, nous referions exactement la même chose", a-t-il affirmé.

Le ministre-Président est par ailleurs revenu sur la nécessité de revoir la loi de 2014 qui plafonne notamment les interventions des assurances. Le ministre fédéral en charge du dossier, le socialiste Pierre-Yves Dermagne, a déjà pris contact avec les Régions et une réunion sera organisée avec les trois ministres-Présidents "dès que possible", a poursuivi M. Di Rupo. "On n'est qu'au début d'un processus qu'il faut voir dans son entièreté, l'objectif étant de trouver une solution qui tienne compte du dérèglement climatique. On est en chemin. Revoyons-nous en septembre et laissons-nous un peu de temps."