Le Covid, moteur d'inscription chez les scouts

De nombreux jeunes ont voulu rejoindre un mouvement de jeunesse pendant la pandémie.

L.Del (st.)
scouts , camp , covid , distance , sécurrité , enfants
©ENNIO C

Tandis que les camps scouts battent leur plein en ce mois de juillet, les mouvements de jeunesse n’ont jamais connu un aussi grand succès. Quelque 24 000 jeunes se sont affiliés chez les Guides en 2022. C’est 1 000 de plus qu’en 2021. D’après Romain Castelet, porte-parole pour la Fédération des guides, ces chiffres représentent une croissance historique. Même constat du côté des scouts, où environ 2 500 membres, dont 2 000 animés et 250 animateurs, ont rejoint la Fédération cette année. Au Patro, les inscriptions ne sont pas terminées, mais 500 nouveaux jeunes ont déjà intégré le mouvement depuis l’été passé.

Bulle d’air pendant le confinement

Pour Coline Wellemans, chargée de communication chez les scouts, c'est la pandémie de Covid-19 qui a poussé davantage de jeunes à intégrer les mouvements de jeunesse. Selon elle, les animateurs ont réussi à s'adapter aux restrictions, en organisant des réunions virtuelles ou des jeux de piste à faire en famille. "Les mouvements de jeunesse ont aussi été l'un des rares loisirs à avoir pu continuer pendant la pandémie, ajoute-t-elle. Les activités avaient lieu dehors, et il a été facile de créer des plus petits groupes au sein des sections pour respecter les mesures sanitaires." La même analyse est faite chez les guides. "Les mouvements de jeunesse ont représenté une réelle bulle d'air pour les enfants et les adolescents pendant les confinements", affirme Romain Castelet. Au Patro, on ne se risque qu'à des théories pour expliquer ce boom d'inscriptions. D'après la porte-parole Marie-Sophie Noé, "pendant le Covid, les jeunes étaient enfermés chez eux. Ils avaient besoin d'interactions, besoin de sortir".

Le plus de succès chez les 12-16 ans

Là où les activités sportives en intérieur s’étaient par exemple retrouvées à l’arrêt, les mouvements de jeunesse ont continué à maintenir du lien avec les animés. D’après les fédérations, c’est pour cette raison que de nombreux adolescents ont décidé de se lancer dans le scoutisme pendant la pandémie. Chez les scouts, c’est d’ailleurs dans la tranche d’âge des 12-16 ans que le nombre d’inscrits a le plus augmenté, avec 800 nouveaux membres en 2022.

Moins d’animateurs

La tendance s'observe moins du côté des animateurs. D'après Romain Castelet, le recrutement de nouveaux chefs est devenu plus compliqué ces dernières années et les animateurs déjà engagés restent moins longtemps à leur poste qu'auparavant. Pour le porte-parole, cela s'inscrit dans une tendance plus générale observée dans le monde du bénévolat. "Être animateur demande beaucoup de temps et d'investissement. Parfois, c'est aussi compliqué d'allier l'animation avec les études supérieures", explique-t-il.

Pour le Patro, le manque d'animateurs est différent en fonction des régions. "À certains endroits, il y a beaucoup d'animateurs. Mais ça s'essouffle à d'autres, quand le groupe est plus petit ou que les animateurs entament des études ou partent vivre à l'étranger", constate Marie-Sophie Noé.