"Je suis flamand et je n'en suis pas fier": un journaliste victime d'intimidations à son domicile après avoir écrit un édito

Le 15 juillet, le journaliste Kurt Vandemaele a publié un édito intitulé "Je suis flamand et je n'en suis pas fier" pour l’hebdomadaire régional Krant van West-Vlaanderen.

"Je suis flamand et je n'en suis pas fier": un journaliste victime d'intimidations à son domicile après avoir écrit un édito
©BELGA

Dans son papier, rapporte la RTBF, le journaliste écrit notamment qu'il est "content que le 11 juillet (fête de la Communauté flamande) soit terminé", qu’il n’est pas fier d’être flamand, "pas plus que d’être belge ou courtraisien. Je m’en fous : une personne doit bien être née quelque part. Disons que j’ai la chance d’être belge et de vivre dans la partie la plus riche du pays", peut-on ainsi lire.

Il décrit aussi la fête du 11 juillet, commémoration de la Bataille des Éperons d'or, de "mythe, fable, conte de fées": "Je n’ai rien à avoir avec l’identité flamande. Pas question de porter des drapeaux de lion", martèle Kurt Vandemaele.

Quelle fut sa surprise lorsque le 21 juillet, jour de fête nationale, son jardin fut envahi de drapeaux nationalistes flamands: "Ce n’était pas agréable à voir", décrit-il. " Des gens s’introduisent anonymement sur ma propriété et tentent de me dire de façon non amicale qu’ils ne supportent pas ce que j’exprime."

Malgré une plainte, la police courtraisienne a estimé que les faits n'étaient pas suffisamment "sérieux" pour qu'une enquête soit ouverte.