Devra-t-on bientôt payer plus cher l'eau potable utilisée pour remplir sa piscine ou arroser sa pelouse?

La gouverneure de la province d'Anvers souhaite que l'utilisation de l'eau potable à des fins de "confort" coûte plus cher et appelle le gouvernement flamand à agir. Cette proposition est-elle également envisagée en Wallonie?

Ad.R.
Devra-t-on bientôt payer plus cher l'eau potable utilisée pour remplir sa piscine ou arroser sa pelouse?
©MAXPPP

Les Belges qui remplissent leur piscine ou arrosent leur pelouse avec de l'eau du robinet devront-ils bientôt payer plus cher? Après les épisodes de chaleur que nous avons connus, la question a été amenée sur la table par la gouverneure de la province d'Anvers, Cathy Berx.

Cette dernière souhaite en effet que la consommation d'eau potable à des fins "de loisirs" soit rendue plus chère, comme elle l'a expliqué sur le plateau de la VRT. "Le besoin fondamental de chaque être humain doit rester très abordable et démocratique. Mais l'utilisation luxueuse de l'eau, comme pour les jacuzzis et les piscines ou pour arroser les pelouses, devrait être facturée à un taux différent", a-t-elle déclaré, déplorant qu'une grande partie de l'eau potable est gaspillée par les consommateurs. "L'eau est un bien précieux et il faut en payer le juste prix", a ajouté Cathy Berx.

Actuellement, en Flandre, le tarif de l'eau est basé sur une consommation "de base", qui comprend 30m³ par foyer et 30m³ supplémentaires par résident du foyer, et une consommation "de confort", qui correspond à la quantité d'eau consommée en plus de cette quantité de base , facturée deux fois plus cher. Mais pour Cathy Berx, cette différence n'est pas assez grande, car le prix de l'eau potable "reste bas", ce qui "n'incite pas suffisamment à utiliser l'eau du robinet avec parcimonie".

Elle appelle donc le gouvernement flamand à mettre le sujet sur la table.

Quid de la Wallonie?

Qu’en est-il en Wallonie ? Des propositions similaires à celle de Cathy Berx ont-elle déjà été envisagées ?

En Wallonie, les autorités travaillent sur une stratégie intégrale sécheresse, dont le contenu sera débattu à la rentrée, nous explique le cabinet de la ministre wallonne de l’Environnement Céline Tellier. "La question des usages prioritaires de l’eau va évidemment se poser, tout comme celles de l’accès à l’eau et de la nécessité de disposer d’espaces naturels apportant de la fraîcheur. Toutefois, l’idée développée par la gouverneure d’Anvers ne fait pas partie des pistes privilégiées en Wallonie", précise le cabinet.

Pour le ministère wallon de l’Environnement, la proposition de Cathy Berx "semble difficile à mettre en pratique, techniquement, par les distributeurs et risque d’avoir des conséquences non désirées en termes d’inégalités sociales". "D’autre part, la disponibilité des ressources en eau et leur répartition sur le territoire sont bien différentes en Wallonie et en Flandre", ajoute le cabinet de Céline Tellier.