Les Américains choisissent Etterbeek pour leur nouvelle ambassade belge : "Pas question que ce beau quartier devienne invivable"

L'ambassade américaine devrait s'implanter à Etterbeek
L'ambassade américaine devrait s'implanter à Etterbeek ©Belga

On a retrouvé la trace de l'Oncle Sam en Belgique, mais ne le répétez pas trop fort… Après avoir sondé du côté de Watermael-Boitsfort et du magnifique site de la Royale belge et s'être heurté au refus de l'Ecolo Olivier Deleuze, les Américains jettent à présent leur dévolu sur le site que s'apprête a quitter la banque ING pour construire leur toute nouvelle ambassade belge, révèle LN24.

Le projet est colossal puisqu’il s’agit d’amener les trois représentations diplomatiques américaines de Bruxelles, à savoir l’ambassade auprès de la Belgique, auprès de l’Union européenne et auprès de l’Otan, sur une seule localisation : l’emplacement ING de Cours Saint-Michel à Etterbeek.

Cela fait des lustres que les Américains cherchent à quitter les bâtiments exigus situés sur la petite ceinture de Bruxelles. Ces bâtiments sont un cauchemar en termes de sécurisation notamment lorsque le président américain débarque dans la capitale belge et loge à l’ambassade.

C’est donc Etterbeek - qu’on va donc devoir renommer à l’avenir le petit Washington – qui est l’heureuse commune élue par les Américains… Le dossier du déménagement doit être avalisé par le Congrès US cet automne.

Vincent Dewolf : "Rassurer le voisinage et les riverains"

Evidemment, un projet de cette ampleur ne va pas passer inaperçu et le bourgmestre local, Vincent De Wolf, est au four et au moulin. "Je suis ravi que les Américains choisissent notre belle commune pour s’établir", dit-il en guise de préambule à LN24. Parce que des problèmes et des difficultés, il va y en avoir. D’abord d’ordre financier puisqu’une ambassade, ça n’est plus des bureaux et il y aura donc un manque a gagner de 2 millions d’euros par an pour Etterbeek par rapport à l’époque ING.

Les Américains ont le projet de raser les anciens immeubles de bureau et d’en construire un nouveau avec deux fois moins de surface au sol ; la commune récupérera(it) une partie de la superficie pour construire du logement. "On va devoir rassurer le voisinage et les riverains aussi", ajoute De Wolf. "Avec les sommets européens et l’ambassade, il n’est pas question que ce beau quartier devienne invivable."

Les permis n’ont pas encore été officiellement introduits mais la commune voit tout cela "avec un esprit positif", ajoutent encore nos confrères de LN24.