Les médecins hospitaliers facturent de plus en plus des suppléments d'honoraires

Les patients ne s'en rendent souvent pas compte.

Docteur medecin hopital stethoscope homme (Li. B.)
De plus en plus de spécialistes abandonnent les tarifs officiels. ©Copyright (c) 2017 Billion Photos/Shutterstock. No use without permission.

De plus en plus de spécialistes abandonnent les tarifs officiels et facturent des suppléments en plus de leurs honoraires, souvent sans que leurs patients n'en soient conscients, écrivent De Standaard, Het Nieuwsblad et la Gazet van Antwerpen mercredi.

Seulement 20% des chirurgiens ophtalmologues étaient encore entièrement conventionnés en 2021 et s'en tenaient donc aux tarifs officiels. En 2012, ce chiffre était encore de 35%. Chez les gynécologues, la proportion est passée de 38% à 23%. La même tendance gagne les autres médecins hospitaliers, selon les chiffres de l'Institut national d'assurance maladie invalidité (Inami). Pour l'ensemble des médecins hospitaliers belges, le nombre de médecins totalement conventionnés est passé de 75% à 68%.

Les médecins peuvent choisir de se déconventionner partiellement ou totalement, ce qui leur permet de facturer des suppléments outre les tarifs officiels pour les consultations ou les interventions. Les montants varient selon le spécialiste ou l'hôpital, la même procédure dans un hôpital pouvant coûter jusqu'à des dizaines d'euros de plus dans un autre.