Le détachement militaire américain de Kleine-Brogel a fait l’objet de travaux d’extension

Une photo satellite de la Fédération des scientifiques américains atteste des travaux.

Belga
A Belgian F-16 jet fighter takes part in the NATO Air Nuclear drill "Steadfast Noon" (its regular nuclear deterrence exercise) at the Kleine-Brogel air base in Belgium on October 18, 2022. - NATO on October 17, 2022 launched its regular nuclear deterrence drills in western Europe, after tensions soared with Russia over President Vladimir Putin's veiled threats in the face of setbacks in Ukraine. The 30-nation alliance has stressed that the "routine, recurring training activity" -- which runs until October 30 -- was planned before Moscow invaded Ukraine and is not linked to the current situation. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
A Belgian F-16 jet fighter takes part in the NATO Air Nuclear drill "Steadfast Noon" (its regular nuclear deterrence exercise) at the Kleine-Brogel air base in Belgium on October 18, 2022. - NATO on October 17, 2022 launched its regular nuclear deterrence drills in western Europe, after tensions soared with Russia over President Vladimir Putin's veiled threats in the face of setbacks in Ukraine. The 30-nation alliance has stressed that the "routine, recurring training activity" -- which runs until October 30 -- was planned before Moscow invaded Ukraine and is not linked to the current situation. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP) ©AFP or licensors

À Kleine-Brogel (Limbourg), les quartiers du 701st Munition Support Squadron, soit le détachement américain réputé être responsable de la quinzaine de bombes nucléaires B61 qui sont stockées, "ont été considérablement agrandis avec une installation pour les camions chargés de la maintenance des armes nucléaires", a précisé l'expert en la matière de la Fédération des scientifiques américains (FAS) Hans Kristensen sur le site internet de cette ONG.

"Les autres constructions récentes à Kleine-Brogel comprennent une installation majeure à l'intérieur de la zone du périmètre du tarmac pour avions, une nouvelle tour de contrôle et des mises à niveau des câbles souterrains et du système de communication et d'affichage d'alarme", ajoute M. Kristensen, qui a publié une photo satellite non datée de ces travaux dans le nord-est de l'enceinte de la base.

Il note que des travaux sont également en cours sur trois autres bases nucléaires présumées : à Volkel au sud des Pays-Bas, à Büchel dans l’ouest de l’Allemagne et à Ghedi au nord de l’Italie.

Une échéance encore incertaine

Selon l’expert de la FAS, les bases aériennes d’Aviano (nord de l’Italie) et d’Incirlik (sud de la Turquie) ont pour leur part déjà connu des mises à niveau vers 2015, alors que celle de Lakenheat (Royaume-Uni) va être l’objet de travaux pour lui rendre le caractère nucléaire qu’elle avait perdu en 2008.

Il rappelle aussi que les actuelles bombes nucléaires américaines B61-3/-4 déployées en Europe - une centaine sont en passe d'être remplacées par la nouvelle version de cet engin, la B61-12 - sont destinées à un usage potentiel par des avions de combat américains et alliés, en vertu d'un "partage du fardeau" nucléaire entre alliés.

Enfin, l'expert de la FAS fixe l'échéance à 2023. Mais le site Politico a rapporté jeudi, en citant un cadre diplomatique américain et deux personnes proches du dossier, que les États-Unis ont accéléré le déploiement de la B61-12 en Europe, désormais attendue dès décembre prochain. Hans Kristensen a publié ces informations à l'occasion de l'exercice nucléaire "Steadfast Noon" de l'Otan, qui s'est tenu du 17 au 30 octobre au départ notamment de Kleine-Brogel.