"Ce sera une Belgique un petit peu moins habitable": quelles conséquences si on ne respecte pas les engagements climatiques?

Jean-Pascal van Ypersele a livré son avis d’expert sur LN24.

Ce mercredi, plusieurs invités étaient présents dans l’émission "Il faut qu’on parle" pour débattre sur différents thèmes. Il a été question d'immobilier avec la ruée des jeunes vers les villages, de vacances de Toussaint avec un premier bilan à tirer de ces deux semaines de "congés" et enfin de changement climatique.

Il faut dire que les températures actuelles battent tous les records pour un mois d’octobre. Mais peut-on les relier assurément au réchauffement climatique? "Si c’était un événement isolé, ça ne suffirait évidemment pas. Mais quand on voit la répétition des records de température élevée, de pluie violente, de sécheresse etc., cet ensemble de facteurs confirme que le climat est bien déréglé", assure Jean-Pascal van Ypersele, climatologue à l'UCLouvain.

Et quand le présentateur lui fait remarquer que ces températures généreuses pour la saison permettent un gain au portefeuille de nombreuses familles, vu les coûts énergétiques actuels, le professeur à l’UCLouvain rétorque : "C’est certes le bon calcul en ce moment au niveau du portefeuille, on va faire quelques économies de chauffage, mais quand on fait le bilan de l’ensemble des effets du changement climatique, que ce soient les dégâts terribles des inondations de l’an dernier ou les nombreux décès dus à la canicule de l’été 2020, on se rend compte que le bilan est globalement négatif."

Alors que la COP27 s’ouvrira prochainement en Égypte, à quoi ressemblera la Belgique si on ne parvient pas à respecter cette volonté de ne pas dépasser les 2°C de réchauffement climatique d'ici 2100 ? Jean-Pascal van Ypersele livre son avis d’expert : "Ce sera une Belgique un petit peu moins habitable. Notre pays n’est pas celui parmi les plus menacés par le changement climatique, mais malheureusement nous avons déjà vu les conséquences humaines graves des périodes caniculaires. Elles ne sont pas toujours très visibles, mais dans les chiffres de décès, on le voit. On l’a vu d’ailleurs pour l’été 2020, c’est 1.400 décès supplémentaires à cause des périodes caniculaires. On a aussi vu l’an dernier les 41 décès et dégâts énormes provoqués par les pluies très violentes et les inondations qui ont suivi. C’est le genre de choses malheureusement qui vont se répéter dans les décennies qui viennent. On doit non seulement s’y préparer, mais on doit aussi réduire les émissions de gaz à effet de serre pour empêcher que la situation ne devienne trop grave."

L’intervention de Jean-Pascal van Ypersele (après 17 minutes sur la vidéo) et l’intégralité de l’émission sont à découvrir ci-dessus.