Greenpeace dénonce le blocage de la N-VA pour la sortie du Traité sur la Charte de l'Energie

Des activistes de l'organisation environnementale Greenpeace ont déployé lundi une bannière en face des locaux de la N-VA afin de dénoncer le fait que ce parti bloque la sortie de la Belgique du Traité sur la Charte de l'Energie (TCE).

Greenpeace déploie une bannière pour dénoncer le blocage de la N-VA pour la sortie du TCE

"N-VA houdt van fossiele energiebedrijven" (la N-VA aime les entreprises du secteur des énergies fossiles, ndlr), pouvait-on lire sur la bannière déployée lundi matin en face des locaux du parti nationaliste. Greenpeace affirme que le MR au niveau fédéral et la N-VA au niveau flamand bloquent la sortie de la Belgique du TCE. Le traité, pensé pour protéger et sécuriser les investissements dans le domaine de l'énergie, a été utilisé ces dernières années par des industries du fossile cherchant des dédommagements auprès des États limitant leurs activités pour favoriser la transition énergétique.

Cette action a eu lieu alors que les États membres de l'Union européenne doivent voter mardi des ajustements à ce traité après avoir négocié la modernisation de celui-ci. Beaucoup de pays comme la France, les Pays-Bas, le Luxembourg, l'Allemagne mais aussi l'Espagne, la Slovénie et la Pologne ont décidé de quitter ce traité jugeant ces ajustements insuffisants, explique Mathieu Soete expert énergie chez Greenpeace.

"Nous nous demandons si la N-VA ne préfère pas se remettre aux combustibles fossiles", ajoute Mathieu Soete. Selon ce dernier, la ministre flamande de l'Energie, Zuhal Demir (N-VA), "estime que nous devons rester dans le traité car il nous permet de protéger les investissements dans les énergies renouvelables". "Si l'on regarde l'histoire du traité, ce sont en grande partie les compagnies fossiles qui poursuivent les gouvernements pour la politique climatique", poursuit M. Soete. La semaine dernière, lors de la COP27 en Égypte, la ministre fédérale de l'Energie, Tinne Van der Straeten, a pourtant déclaré que la Belgique devait quitter le traité. (Belga)