Frank Vandenbroucke conteste plusieurs hôpitaux à propos de l’épidémie de bronchiolite : “Dire que c’est du jamais vu n’est pas exact”

Le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit) s’est montré rassurant mardi à propos de l’épidémie de bronchiolite causée par le VRS qui touche la Belgique.

Vice-prime minister and Public Health and Social Affairs minister Frank Vandenbroucke pictured during a plenary session of the Chamber at the Federal Parliament in Brussels on Thursday 17 November 2022. BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

“Dire que c’est inédit, du jamais vu, ça ne me semble pas vraiment exact”, a-t-il déclaré en commission Santé de la Chambre, contestant des propos tenus fin novembre pas plusieurs directions d’hôpitaux. Pour appuyer son propos, le ministre a indiqué que les tests positifs au VRS enregistrés par les laboratoires dits “sentinelles” étaient inférieurs cette année par rapport aux hivers 2018-2019 et 2019-2020, soit les derniers hivers avant le déclenchement des vagues d’épidémie de Covid-19. Le seuil épidémique est toutefois bien dépassé depuis la mi-novembre et les infections sont bien plus importantes cette année que lors des deux hivers précédents. Cette année, elle touche des enfants de moins de 2 ans dans 70 % des cas avec une proportion remarquable de jeunes adultes affectés. Le seuil épidémique n’est par contre pas (encore) atteint pour la grippe.

Une épidémie de bronchiolites à VRS "sans précédent" sévit en pédiatrie

Frank Vandenbroucke n’a pas pour autant nié les difficultés rencontrées sur le terrain, parlant de “pression croissante.” A ses yeux, si l’épidémie de bronchiolite n’est pas inédite, elle doit être placée cette année dans un contexte de changements organisationnels consécutifs à l’émergence du Covid et au nombre d’admissions dues à cette nouvelle maladie. “La fatigue du personnel et la pénurie ainsi que les absences pour maladie sont des facteurs qui jouent”, a-t-il ajouté. Toutefois, “pour l’instant, le Hospital&Transport Surge Capacity Committee (HTSC) n’a reçu aucun message quant à des reports de soins ou un appel à la régulation fédérale… ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de contacts avec les hôpitaux.”

Le ministre a par ailleurs indiqué qu’il était trop tôt pour expliquer scientifiquement le retour du VRS, même si plusieurs hypothèses circulent dont le fait que la population a observé des “comportements plus cohérents” ces deux dernières années : distanciation, port du masque buccal, hygiène de mains.

Pour le moment, ces mêmes comportements sont encouragés pour éviter la propagation de la bronchiolite. “Si vous vous sentez malade, restez chez vous. Si votre enfant se sent malade, gardez-le chez vous”, a exhorté M. Vandenbroucke, conseillant également le port du masque dans les transports en commun.

Quant au port du masque dans les hôpitaux, le ministre indique avoir demandé l’avis des experts. Et “ils m’ont dit : 'attendez, ce n’est pas le moment'.”

Enfin, un avis du Conseil Supérieur de la Santé devrait être bientôt publié à propos de la vaccination contre la bronchiolite.