La campagne de vaccination a du mal à prendre son envol en Belgique, et est d'ailleurs au centre d' une conférence entre les ministres de la Santé ce mercredi . Les problèmes de communication, de logistique, les personnes absentes à leur rendez-vous et autres couacs informatiques ne rendent pas la tâche aisée. Pourtant, à Anvers, le système de convocation pour se faire vacciner semble bien lancé et efficace.

Au lieu d'envoyer une lettre par la poste aux citoyens qui doivent recevoir leurs doses de vaccin, le coordinateur du centre de vaccination d'Anvers, Jan Stroobants, préconise l'envoi électronique d'un courrier dans lequel le destinataire peut choisir lui-même le jour et l'heure de sa vaccination. Le principal avantage est que les futurs bénéficiaires du vaccin peuvent prendre rendez-vous pour le jour suivant par exemple. Cette rapidité n'est pas possible lorsqu'on envoie la convocation par courrier postal, car dans ce cas, le rendez-vous est fixé arbitrairement, souvent une à deux semaines après la réception du papier.

Jan Stroobants explique au quotidien Het Laatste Nieuws qu'il a fait une observation intéressante dans le centre d'Anvers, le plus grand de Flandre: "Lorsque les personnes sont invitées, avec les bonnes coordonnées, par téléphone portable ou par e-mail, nous constatons que 60 % d'entre elles réservent un créneau horaire dans les 24 heures". Selon lui, ça montre bien que "la volonté de se faire vacciner est forte" et que ce n'est donc pas l'appréhension envers le vaccin qui pose le plus gros problème chez nous. "Nous avons intérêt à faire en sorte que les gens soient invités par des moyens électroniques", a-t-il ajouté, précisant que ça ferait gagner du temps.

En effet, plus de gens se présentent à leur rendez-vous de vaccination lorsqu'ils fixent eux-mêmes la date. "Dans les autres centres, les gens se voient attribuer un jour et une heure, mais personne ne sait si ces gens vont venir. Le nombre de personnes qui ne viennent pas y est donc beaucoup plus élevé. Alors que les personnes qui réservent activement avec nous, sont au rendez-vous. Seulement 4% ne se présentent pas, mais nous parvenons à les inscrire à la fin de la journée". Pour le coordinateur, il faudrait appliquer ce système à tous les centres de vaccination, à condition de posséder les coordonnées électroniques correctes de chacun, histoire de faire avancer les choses.