Normalement, les médecins des fonds d'assurance maladie doivent déterminer si une personne peut reprendre le travail ou non, mais ils sont en sous-capacité. A peine 260 docteurs sont disponibles pour suivre 460.000 personnes. De surcroît, ils doivent aussi orienter les malades de longue durée vers un emploi adapté.

La situation mène à des contrôles insuffisants et ouvre la porte à des fraudes, signalent les médias flamands.

François Perl, directeur général au sein de l'Institut national d'assurance maladie invalidité, admet une pénurie de médecins-conseils. "En équivalent temps plein, il y en moyenne 260 médecins conseils pour toute la Belgique. A l'Inami, nous en disposons de 16."