Depuis plusieurs jours, ce militaire fiché comme extrémiste potentiellement violent est recherché par la police avec l'appui de l'armée. "Cette affaire émeut l'opinion publique et soulève de nombreuses questions", souligne Mme Tillieux dans un communiqué.

A la demande de la présidente de la Chambre, une réunion s'est tenue mardi avec le comité R, en particulier pour évoquer le rôle joué par les services de renseignement. Le rapport est attendu pour le début du mois de juillet au plus tard.

Le suivi de Jürgen Conings par le Service Général du Renseignement et de la Sécurité (SGRS) est mis en cause. Mardi, devant la presse, le Chef de la Défense, Michel Hofman a estimé que le service de renseignement militaire avait commis des erreurs dans ce dossier. Il a évoqué les problèmes dans le flux des informations, des lacunes dans le respect des règles et des procédures et l'érosion des connaissances, de l'expertise et des bonnes pratiques.