Société

Dès dimanche soir, les musulmans fêteront l'Aïd el-Kebir, la Fête du sacrifice, qui commémore la volonté d'Abraham de sacrifier son fils pour Dieu. 

La coutume veut qu'à cette date, on sacrifie une bête, le plus souvent un mouton, une chèvre ou un bovin mais sans l'étourdir au préalable, ce qui rend la viande halal. À côté d'abattoirs agréés, des abattoirs temporaires permettaient de perpétuer ce rituel en Belgique. Mais, pour la première fois, cette possibilité n'est offerte nulle part cette année. En 2018, trois abattoirs temporaires ont été établis en Flandre mais à condition que les animaux abattus soient étourdis. L'abattage sans étourdissement (sans faire perdre connaissance aux animaux avant la saignée)dans des abattoirs temporaires étant interdit en Flandre depuis 2015. Cette pratique est, depuis janvier 2019, interdite partout en région flamande.

En Wallonie et en région Bruxelles-Capitale, tout comme en Flandre, aucun abattoir temporaire n'est prévu cette année. Les musulmans wallons et bruxellois devront donc se tourner vers des abattoirs agréés par l'AFSCA (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire). Toutefois, dès septembre 2019, l'interdiction de l'abattage sans étoudissement entrera également en vigueur en Wallonie et à Bruxelles.

Malgré tout, l'Exécutif des Musulmans de Belgique a exprimé son intention de continuer les discussions concernant ces interdictions "afin de défendre la communauté musulmane dans le respect de la loi et des convictions de chacun."