La délégation d'Amnesty International a estimé particulièrement positive la rencontre lundi à 15h00 avec le Premier ministre Alexander De Croo au sujet des avancées attendues dans la lutte contre les violences sexuelles. Une pétition de plus de 50.500 signatures lui a été remise pour demander à la Belgique d'oeuvrer en ce sens.

La délégation a apprécié entendre le Premier ministre assurer que la lutte contre les violences sexuelles est une priorité de son gouvernement.

A la suite de sa visite en matinée du centre de prise en charge des violences sexuelles (CPVS) à Gand, il a dit "avoir réalisé que les victimes qui ne passent pas par ces nouveaux systèmes n'ont pas une collecte de preuves aussi optimales, alors que celle-ci est cruciale", se réjouit Zoé Spriet-Mezoued, coordinatrice des campagnes et du plaidoyer pour Amnesty International Belgique francophone. "Il nous a aussi dit que son gouvernement allait augmenter les budgets pour la lutte contre les violences sexuelles, en comparant le phénomène à une pandémie qui nécessite donc d'importants moyens".

Stéphanie Jacquet-Parienté, juriste à SOS Viol, et Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d'Amnesty International, exhortaient justement en premier lieu à "mettre en place un budget spécifique, suffisant".

Leurs deux entités espèrent également que le nouveau Plan d'action national de lutte contre toutes les formes de violence basée sur le genre (PAN), qui est attendu, sera concret et ambitieux.