Chaque assouplissement du confinement stimule la population à respecter les mesures prises pour lutter contre la propagation du Covid-19, a révélé mercredi une étude de l'Université de Gand (UGent). Cet effet est cependant de courte durée. Le soutien de la population aux mesures est tombé à 53%, tandis que le port du masque semble particulièrement peu compris. Les chercheurs constatent que la volonté de respecter les règles gonfle à chaque étape du déconfinement. Après les premiers assouplissements du 4 mai, le soutien aux mesures s'est élevé à 57,9% avant de retomber à 52,7%.

"Pouvoir élargir sa 'bulle corona' dès la fête des mères a redonné un coup de pouce à la motivation. Le soutien aux mesures est remonté jusqu'à 58%", observent les chercheurs. Les personnes sondées indiquent un second repli de leur motivation après avoir goûté à ces nouvelles prérogatives, faisant chuter leur niveau de soutien à 53,3%.

Les répondants vivent largement les mesures "comme une corvée pénible qu'il faut assumer", précise le rapport. Les chercheurs observent en plus une "dépendance au relâchement" chez les jeunes adultes, qui ont particulièrement besoin d'assouplissements pour rester motivés.

La population semble mal accueillir le port du masque. Les obstacles pratiques et psychologiques sont nombreux. "Communiquer de manière encourageante reste crucial pour stimuler la population à adopter des comportements désagréables mais indispensables, comme porter un masque ou partager des coordonnées personnelles avec les agents chargés du suivi des contacts", concluent les chercheurs.

Depuis le 19 mars, 43.748 participants ont pris part au baromètre de la motivation réalisé par l'UGent.