"Au lieu des 700.000 doses promises, il n'y en aurait que 500.000. C'est bien sûr très ennuyeux et cela oblige les entités fédérées à s'adapter en permanence", a dit M. Vandenbroucke. Le ministre n'est d'ailleurs pas satisfait des livraisons du producteur. "La science derrière le vaccin AstraZeneca est très solide: c'est un vaccin sûr et bon, mais l'aspect industriel et économique est sinueux. Ils ne parviennent pas à organiser la production comme promis", a conclu le ministre.