Pour endiguer la récente vague d'attaques de distributeurs automatiques à l'explosif, il faut améliorer l'échange d'informations entre les banques, la police et la justice, ainsi qu'entre les Pays-Bas et la Belgique.

C'est l'une des conclusions tirées de la concertation organisée mardi au cabinet du ministre de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V). La dernière attaque de ce type en Belgique remonte à la semaine dernière. Il s'agit de la 22e tentative cette année, un nombre qui dépasse celui pour toute l'année 2018. À la suite de celle-ci, Argenta a décidé de fermer tous ses distributeurs.

Le ministre De Crem a donc invité le secteur pour discuter du problème, dont les banques via la Febelfin, la police fédérale et le parquet.

Karel Van Eetvelt, de Febelfin, s'est réjouit de la constitution d'une taskforce permanente qui fera office d'organe de concertation.

L'information devra également s'échanger plus efficacement avec les Pays-Bas, selon le porte-parole de M. De Crem, les malfaiteurs venant régulièrement d'outre-Moerdijk. Un représentant de l'ambassade des Pays-Bas était d'ailleurs présent à la réunion mardi. Pieter De Crem en parlera également à une prochaine occasion avec son collègue néerlandais de la Justice, Ferdinand Grapperhaus.

La réunion de mardi a aussi été l'occasion d'aborder les mesures préventives supplémentaires à envisager pour mieux protéger les distributeurs automatiques.