Le fils du chanteur Charles Aznavour a assisté à la remise du prix décerné par le Comité des Arméniens de Belgique.

Le premier dîner de gala du Comité des Arméniens de Belgique a réuni 250 personnes issues de la communauté, ainsi que proches de celle-ci, dans les salons du Cercle Gaulois. Le fils du chanteur Charles Aznavour, Nicolas, et son épouse Kristina étaient présents pour assister à l’hommage rendu à l’artiste décédé l’année dernière. Ils ont profité de l’évènement pour présenter les projets à venir de la Fondation Aznavour, créée en 1988 pour aider les victimes du tremblement de terre dévastateur qui frappa le nord de l’Arménie le 7 décembre de la même année. Parmi ces projets, on retiendra la création d’une exposition itinérante, qui passera par notre pays, ainsi que l’inauguration l’année prochaine du Centre Aznavour dans la capital Erevan, comprenant un musée interactif.

Condamner la négation du génocide

Le Président du Comité, Nicolas Tavitian, a profité de la présence de personnalités politiques issues de différents partis, tels que Philippe Close (bourgmestre PS de Bruxelles), Julie de Groote (CDH) et Peter De Roover (chef de groupe N-VA à la Chambre), pour rappeler l’importance de la reconnaissance du génocide arménien. En avril dernier, la Chambre a élargi la loi contre le racisme et la xénophobie à la négation des génocides… reconnus par une juridiction internationale. Une condition qui exclut de fait la négation du génocide arménien.

La Première ministre Sophie Wilmès (MR), qui devait être présente, n’a finalement pas pu assister à la soirée de gala, mais s’est adressée en vidéo à l’assemblée.

Le Comité a honoré et chaleureusement remercié le recteur honoraire de l’UCLouvain Bernard Coulie. Derrière le professeur d’études byzantines, arméniennes et géorgiennes se cache un véritable passionné de l’Arménie et un fin connaisseur de son passé politique, culturel et religieux. Une autre médaille a été remise à l’infirmière Hasmik Kouyoumdjian, membre historique de l’association et enseignante d’arménien. Elle est ainsi récompensée pour son infatigable dévouement envers les nouveaux réfugiés arméniens.