Blankenberge maintient que son plan de gestion de la plage, imaginé dans le cadre de la pandémie de Covid, fonctionne bien, mais que les trains de la SNCB ont amené trop de touristes. 

La cellule de crise locale de Blankenberge se réunissait mardi pour discuter de l'incident. "Nous avons tout discuté et évalué", indique Nico Germonprez, coordinateur des plans d'urgence pour la ville. Le ministre De Crem a laissé entendre en commission de l'Intérieur qu'on avait perdu du temps samedi, avec une intervention de la police plusieurs heures après les premiers signalements d'un risque de troubles. Il pointait aussi que la plage est courte et étroite à marée haute, et qu'il aurait fallu prévoir cette réduction d'espace. 

"L'origine de l'incident, ce sont les fauteurs de troubles. Si nous les avions retenus à la gare, ils se seraient battus là. Cela n'avait pas grand-chose à voir avec le nombre de personnes sur la plage", rétorque Nico Germonprez. La ville continue de critiquer ce qu'elle estime être un afflux trop important de citoyens via le train.