Si Bruxelles est en retard par rapport aux autres régions du pays dans sa vaccination, c'est pour une raison simple, arguent certains décideurs de la capitale : des dizaines de milliers de doses ont été administrées à Bruxelles à des personnes n'y habitant pas. Selon Le Soir, il serait question de 130.000 doses de vaccins injectées à des non-résidents, soit près d'un quart de la quantité reçue - 478.000 - par la Région bruxelloise depuis janvier 2021.

En effet, si certaines de ces doses bruxelloises ont servi à des membres du personnel soignant officiant à Bruxelles, mais n'y résidant pas, d'autres ont également été administrées à des Flamands (et quelques Wallons) ayant profité de failles dans le système bruxellois de rendez-vous pour la vaccination (Bruvax). Ces opportunistes ont pu se faire vacciner tout simplement en mentant sur leur code postal au moment de s'inscrire sur Bruvax, où on ne demandait au départ que le numéro de registre national et le code postal. Résultat : Bruxelles a administré des doses de vaccins à des personnes vivant hors de la capitale. Ceux-ci devront en outre recevoir leur deuxième dose dans la même région...

Ces doses "perdues" pour les Bruxellois ont sans aucun doute influencé la dernière position de la capitale dans l'avancée de la vaccination dans le pays. Car actuellement, selon les derniers chiffres de Sciensano, 53% des Wallons ont reçu au moins une dose de vaccin, contre 51% en Flandre et seulement 39% à Bruxelles. Des chiffres qui embêtent les autorités bruxelloises, dont le ministre de la Santé, car ils renvoient une image peu favorable. Plusieurs fois, Alain Maron a réclamé les doses bruxelloises perdues mais cela n'a jusqu'ici pas porté ses fruits. Bruxelles demande à récupérer au moins 120.000 vaccins à la Wallonie et la Flandre, qui n'ont, elles, pas vacciné autant de non-résidents (moins de 20.000 chacune).

Mais grâce à ces nouvelles données claires et précises, Alain Maron peut toutefois espérer recevoir des doses compensatoires. "On dispose d'un nouvel élément de négociation : les chiffres indiqués par Sciensano", nous indique le porte-parole d'Alain Maron, qui atteste que les discussions entre les entités fédérées sont engagées depuis un certain moment et suivent leur cours. Cependant, alors qu'il était prévu sur la table de la Conférence interministérielle de la santé ce mercredi, le sujet n'a pas été abordé, et a été reporté, apprenons-nous. 

En attendant, des solutions partielles ont déjà été proposées, comme celle de la task force vaccination qui a soumis l'idée de donner à Bruxelles 20.000 doses supplémentaires de vaccin. "Ce qui correspondrait à ce que Bruxelles administre aux travailleurs de l’UE et des institutions basées dans la capitale", nous explique le porte-parole du ministre bruxellois. Avant d’ajouter: "Ces 20.000 doses sont évidemment les bienvenues, mais ce n’est pas suffisant".

"Bruxelles ne serait pas en retard si on avait vacciné uniquement les Bruxellois, mais c’est comme ça", se résigne-t-il. Car le cabinet précise que la campagne de vaccination continue de bien avancer à Bruxelles. Un record d’inscription a été enregistré mardi sur Bruvax, et 500.000 doses ont été administrées dans les centres de la capitale depuis le lancement de la vaccination.