À la mi-décembre, 56% de la population avait indiqué souhaiter se faire vacciner, un chiffre qui est désormais passé à 77% début janvier, selon le baromètre de motivation réalisé par plusieurs universités belges et dont les résultats ont été dévoilés vendredi. Une vaste enquête menée auprès de 15.719 participants montre que les Belges sont de plus en plus disposés à se faire vacciner. Le nombre de personnes indiquant qu'elles veulent motiver les autres à le faire est également passé de 57% à 62%. Les obstacles à la vaccination, tel que la méfiance à l'égard du vaccin, ont, par contre, diminué.

Pour qu'une campagne de vaccination soit réussie, environ 70% de la population doit être vaccinée contre le coronavirus afin de réussir à endiguer l'épidémie. Aujourd'hui, la volonté de la population semble suffisante pour atteindre cet objectif, selon le baromètre de l'UGent, mais la campagne de vaccination se poursuivra probablement jusqu'à la fin de l'année.

Les auteurs du baromètre constatent que les personnes interrogées sont plus disposées à se faire inoculer un vaccin dont l'efficacité a été prouvée. D'autres éléments évidents influencent également la volonté de se faire vacciner, tels que les effets secondaires connus (comme les douleurs musculaires locales) et leur durée. S'il est prouvé à l'avenir que les gens ne sont plus contagieux après la vaccination, cela aura également un effet positif, ont-ils encore ajouté.