La décision, très attendue, est finalement tombée vendredi soir sur le coup de 18 heures. Les camps de jeunesse et stages d’été pourront bel et bien se tenir à partir du 1er juillet prochain, certes sous conditions. Après plus de deux mois de confinement, inutile de dire que cette nouvelle a fait l’effet d’une petite bombe vendredi soir auprès de la jeunesse belge (et de leurs parents !).

Plus tôt dans la journée, la Première ministre Sophie Wilmès (MR) et les ministres-Présidents des entités fédérées s’étaient réunis afin de décider des modalités pratiques de cette mesure. Sur base de l’avis rendu par le fameux groupe d’experts chargés de plancher sur le déconfinement des Belges (le "GEES"), les décideurs politiques - les ministres de la Jeunesse en tête - ont opté pour une série de conditions visant à contenir le virus dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus dans notre pays.

La première concerne la limitation des groupes de jeunes à 50 personnes, animateurs compris. Cette règle est aussi bien valable pour les camps scouts que pour les stages d’été sans nuitée. La logique consiste à nouveau à partir de l’idée d’un "silo" fermé de jeunes qui ne peuvent pas avoir de contacts avec l’extérieur. C’est la raison pour laquelle aucune visite ni sortie (pas de hike donc) ne sera autorisée durant ces camps et stages. Partant de ce principe de silo fermé, le port du masque n’est pas imposé aux jeunes qui vivent ensemble. Les camps à l’étranger peuvent avoir lieu, à condition qu’ils ne se fassent pas à plus de 150 kilomètres de distance de la frontière belge. Les règles d’hygiène destinées à limiter la propagation du virus devront être scrupuleusement respectées. La tenue de ces camps et stages est conditionnée à la décision des autorités locales.

Pas plus de 20 enfants à la fois par aire de jeux

Il a par ailleurs été décidé que les aires de jeux extérieures pouvaient être rouvertes par les autorités locales à partir du mercredi 27 mai pour les enfants jusqu’à 12 ans inclus. Les aires de jeux de plus grande taille dans les parcs peuvent rouvrir également sous la supervision des autorités locales en respectant les mêmes conditions que la pratique sportive, à savoir un maximum de 20 enfants à la fois. Enfin, les aires de jeux présentes dans les musées ou encore dans les parcs animaliers peuvent également rouvrir. Le gestionnaire des infrastructures doit prendre les dispositions pour éviter les foules.

Les maisons et centres de jeunes peuvent également relancer leurs activités pour des "groupes en contact" de 50 jeunes maximum. Ici aussi, les jeunes et les accompagnateurs de plus de 12 ans doivent continuer à respecter la distance de sécurité. Les maisons de jeunes qui ont également une fonction d’Horeca doivent respecter les règles générales du secteur. Le prochain Conseil national de sécurité, qui doit affiner les contours de la troisième phase du déconfinement, aura lieu le mercredi 3 juin prochain. Les secteurs culturel, sportif et de l’Horeca seront au cœur des discussions.