Après plusieurs mois d'interdiction de voyager à l'étranger pour des motifs non-essentiels, les Belges pourront à nouveau franchir les frontières (presque) librement à compter du lundi 19 avril. Ce mercredi, le Comité de concertation a en effet décidé de lever cette interdiction, qui avait été la cible de nombreuses critiques sur la scène internationale, notamment de la part de la Commission européenne

Mais le centre de crise a tenu à rappeler que si les voyages ne sont plus interdits, ils restent tout de même fortement déconseillés. "Ce n'est pas la porte ouverte à faire n'importe quoi", a mis en garde le porte-parole Antoine Iseux au cours d'une conférence de presse ce vendredi matin. "Ce n'est toujours pas le moment de voyager. Il est toujours fortement déconseillé d'effectuer des déplacements à l'étranger, car le virus y circule encore énormément", a-t-il poursuivi. Le code est en effet toujours au rouge dans de nombreuses régions européennes.

Des règles à respecter

Antoine Iseux a également recommandé aux Belges se rendant à l'étranger de se renseigner au préalable sur les règles qui s'appliquent dans leur pays de destination, comme un éventuel couvre-feu, un test négatif à présenter à l'arrivée ou une quarantaine à respecter. 

Il a aussi rappelé les règles imposées par les autorités belges pour les retours de vacances: "Si vous restez plus de 48h à l'étranger ou si vous voyagez en avion, vous êtes toujours tenus de compléter le Passenger Locator Form (PLF) avant votre retour".  Ce PLF déterminera les mesures à respecter à l'arrivée en Belgique. "En cas de manquement à ces règles, des amendes sont prévues", a enfin averti le porte-parole.

"Il est encore trop tôt pour laisser au virus des opportunités gratuites de se propager", a conclu Antoine Iseux.