Si la situation épidémiologique dans notre pays semble se stabiliser avec des hospitalisations et des décès en baisse, les autorités restent prudentes face aux variants du coronavirus, considérés comme une "menace sérieuse". Mais les experts ont rapporté de "bonnes nouvelles" à ce sujet, ce mercredi 3 février, dans un rapport consacré à la propagation du variant britannique dans notre pays.

Selon ce dernier, cette mutation serait à l'origine d'environ 20 à 25 % des cas de Covid-19 en Belgique. "Par rapport à la semaine passée, c'est un statu quo", a détaillé le virologue Piet Maes (KULeuven) à De Morgen. "C'est une bonne nouvelle". Et elle n'arrive pas seule. En effet, comme le rapporte le rapport auquel a eu accès le quotidien flamand, le variant britannique ne serait pas 65% plus contagieux, mais bien entre 40 et 50%. "Avec les données dont nous disposons aujourd'hui, il semblerait que la mutation ne sera pas responsable de la majorité des infections d'ici fin février", a continué le professionnel de la santé. 

Ces dernières informations pourraient-elles convaincre nos dirigeants d'assouplir les mesures strictes en place depuis plusieurs mois dans notre pays ? Pas si vite... En effet, si la situation est moins grave que celle présentée dans le rapport "alarmant" des experts, elle n'en reste pas moins relativement délicate. Selon le porte-parole interfédéral, Steven Van Gucht, il n'est pas du tout l'heure de penser à un déconfinement. "Nous avons un bon équilibre entre un bon contrôle et des mesures strictes mais tenables", a ajouté le virologue de Sciensano à De Morgen. "Il est donc important de ne pas relâcher trop vite, même si la situation semble favorable. Je suis actuellement plus préoccupé par l'adhésion aux mesures que par les variantes elles-mêmes."

Des chiffres "favorables" ?

Il est vrai que les dernières données rapportées par Sciensano affichent des tendances plutôt bonnes dans notre pays. Seules les contaminations continuent à augmenter (+ 9% à ce jour). Mais cette hausse reste stable et serait fortement liée à un testing massif opéré depuis plusieurs jours. Du côté du nombre d'hospitalisations et de décès, les tendances sont à la baisse: -10% et -21,2% par rapport à la semaine précédente. 

Le taux de reproduction du virus (R) reste sous la barre symbolique de 1, ce mercredi 3 février. Il est actuellement de 0,96, laissant présager que la situation est actuellement sous contrôle. 

Vers une réouverture des métiers de contact ?

Les chiffres qui évoluent dans le bon sens pourraient donc permettre aux coiffeurs de rouvrir leurs portes à la date du 13 février. Le ministre de la Santé n'a en tous les cas pas écarté une telle possibilité. "Nous allons examiner cela vendredi lors du Comité de concertation, mais je ne m'avancerai pas quant à la décision finale, a affirmé Frank Vandenbroucke sur Radio 1. Cela dépendra de l'évaluation de la situation." Il a toutefois déjà averti les Belges: si les métiers de contact pouvaient reprendre leurs activités, il s'agirait bien là d'un assouplissement isolé. "Ce ne serait pas le début d'un déconfinement", a-t-il conclu.