Parallèlement, la vaccination dans les maisons de repos touche à sa fin, ce qui devrait leur permettre de reprendre progressivement une vie sociale plus normale. "A l'heure actuelle, nous avons 5 ou 6 établissements qui sont protégés, avec une dizaine de jours qui se sont écoulés depuis que la deuxième dose de vaccin y a été administrée", a-t-elle expliqué.

La vaccination progresse également dans les centres d'hébergement pour personnes handicapées. Quelque 2.000 personnes y ont été vaccinées dans une trentaine d'établissements et plus de 3.000 personnes supplémentaires y recevront leur première dose cette semaine. "Nous sommes trois semaines à l'avance par rapport au programme initial", a assuré Christie Morreale en se félicitant par ailleurs du taux d'adhésion aux vaccins auprès des groupes cibles.

"Les chiffres de la vaccination sont bons en Wallonie. Jusuq'à présent, nous n'avons pas encore rencontré de groupes où moins de 70% des gens acceptent de se faire vacciner. Pour le personnel hospitalier, nous en sommes à 82% d'adhésion" et à 71,5% parmi le personnel des centres d'hébergement pour personnes handicapées, a-t-elle illustré.

"Rendre la vaccination obligatoire conduirait de toute façon à des résultats inverses de ceux qu'on veut atteindre. Nous devons continuer dans la voie de la pédagogie et du libre choix", a poursuivi la ministre.

Interrogée par plusieurs députés sur le choix des fonctions critiques prioritaires, Christie Morreale a par ailleurs défendu le choix du Conseil supérieur de la Santé, avalisé par la task force vaccination, de vacciner en priorité les policiers en intervention sur le terrain, "en contact direct avec des personnes qui peuvent être malades".

"Nous avons avancé sur ce dont dont étions sûrs pour quelques fonctions critiques en contact avec les malades. Après, aura-t-on des doses suffisantes en avril ou mai pour vacciner les enseignants? On ne le sait pas; raison pour laquelle on laisse vivre le débat. Les demandes sont légitimes mais elles soulèvent des questions pratiques auxquelles nous répondrons selon les données dont nous disposons", a justifié la ministre.

Quelle que soient les Régions, "nous avons tous envie de vacciner plus vite et nous en sommes capables opérationnellement mais tout dépend des doses que nous recevons", a-t-elle encore répété. A l'heure actuelle, 3,56% des Belges de plus de 18 ans ont reçu une première dose du vaccin contre le coronavirus

"Nous sommes informés le vendredi des doses dont nous disposerons la semaine suivante. Ce n'est pas simple mais nous devons maintenir la voilure", a conclu Christie Morreale sans pour autant convaincre l'opposition, cdH en tête, qui continue notamment à déplorer l'absence de prise en compte de la santé mentale de la population et le choix des fonctions critiques prioritaires.

"Posez-vous la question de savoir quel message on donne à la population en disant que la fonction critique est évidente pour les policiers et pas pour les enseignants en maternel et de l'enseignement spécial", a ainsi souligné la députée humaniste Alda Greoli.