Malgré cinq journées de recherches intenses, le militaire lourdement armé Jürgen Conings n'a pas encore été retrouvé. Ce sympathisant d'extrême-droite, qui avait notamment menacé le virologue Marc Van Ranst, fait désormais l'objet d'une recherche internationale par Interpol.

Si les recherches dans le parc national de la Haute Campine (Hoge Kempen) sont pour l'instant terminées, l'enquête se poursuit. Aucune "license to kill" (NDLR: permission de tuer) n'a été donnée aux policiers à sa recherche, "mais les forces de l'ordre agiront de manière appropriée et répondront en état de légitime défense", a fait savoir la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden ce dimanche.

La Gare du Nord à Bruxelles a été évacuée ce dimanche en fin de journée, suite à une alerte lancée par un témoin qui pensait avoir aperçu Jürgen Conings. Aucune trace du fugitif n'a pourtant été retrouvée.

Une nouvelle marche de soutien au militaire a également été organisée ce dimanche après-midi, qui a rassemblé environ 200 personnes et s'est déroulée dans le calme.

Ce dimanche soir, le procureur fédéral a lancé un appel au fugitif lors des journaux télévisés des chaînes flamandes VTM et VRT, lui demandant de prendre contact avec une personne de confiance.

© BELGA

Retrouvez les dernières informations ci-dessous:

19h40: Parmi les 11 militaires contre qui des mesures préventives ont été prises récemment figure un soldat qui se trouvait en mission en Afrique, rapporte lundi soir Het Laatste Nieuws. Dimanche, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS) avait indiqué que 11 militaires suivis pour leurs sympathies extrémistes s'étaient vus interdire l'accès aux dépôts d'armes. Au total 28 militaires sont sous surveillance mais 17 d'entre eux n'avaient déjà plus accès aux dépôts ou à des informations sensibles.

18h15: La police de Saint-Nicolas, en Flandre-Orientale, a recherché dimanche un homme en tenue de camouflage qui, selon des témoins, était armé et pouvait éventuellement être considéré comme le suspect. Il s'est avéré être un pêcheur dont la canne dans le sac à dos avait été confondue avec un fusil.

14h40: Une centaine de personnes ont participé ce lundi à la troisième marche de soutien au militaire extrémiste en fuite, Jürgen Conings, à Maasmechelen. Le groupe est parti dans le calme vers 14h15 de Mechelse Heide, l'une des portes d'accès au Parc national de Haute Campine, où les recherches pour retrouver le fugitif sont désormais terminées. Peu avant le départ, l'initiateur de la marche, Achille Chernouh, s'est exprimé au nom de la famille du soldat en cavale et a remercié les participants issus, selon lui, "de tous horizons". Le rassemblement s'est déroulé dans le calme, comme les deux précédents.

13h45: Les enquêteurs n'écartent aucune piste. "Dans l'enquête pour retrouver le soldat radicalisé d'extrême droite Jürgen Conings, "toutes les pistes restent ouvertes et envisagées", a indiqué lundi la porte-parole du parquet fédéral Wenke Roggen. La police reçoit chaque jour des dizaines d'informations, qu'elle prend très au sérieux. L'appel sans précédent lancé dimanche soir par le procureur fédéral au fugitif n'a donné lieu à aucune réaction à ce stade.

13h30: Des lance-roquettes ont bel et bien retrouvés dans le véhicule de Conings. Le parquet a tenu à démentir certaines fausses informations apparues sur les réseaux sociaux. "Des rumeurs affirment que les armes découvertes dans le véhicule de Jürgen Conings étaient factices. Ces affirmations sont fausses", a précisé la porte-parole du parquet. "La voiture contenait bien des armes légères antichars".

Dimanche 20h: Un important déploiement policier a eu lieu ce dimanche soir à la gare de Bruxelles-Nord aux alentours de 20h, rapportent nos confrères de RTL. Un témoin aurait cru avoir aperçu Jürgen Conings. La police fédérale a déclaré à RTL: "Ce n'est pas la première fois que nous recevons une alerte comme celle-là, vu qu'un avis de recherche est diffusé. Mais bien sûr, nous prenons l'alerte au sérieux. Le train a été arrêté et on va vérifier." De son côté, la SNCB avait commenté sur Twitter qu'en "raison d'une intervention des services d'urgence, les trains ne s'arrêtent exceptionnellement pas en gare de Bruxelles-Nord". La gare a également été brièvement évacuée. Finalement, après enquête, aucune trace du fugitif n'a été trouvée, a indiqué la police fédérale. Le trafic ferroviaire a finalement pu reprendre normalement.