Tous les indicateurs poursuivent leur baisse. Le nombre d'infections diminue de plus en plus lentement, surtout en Flandre, mais on ne peut pas parler de stabilisation.

Le nombre de contaminations se réduit de moitié tous les 18 jours. Une diminution qui peut être expliquée par plusieurs facteurs, rappelle Yves Van Laethem :

  • "La politique de dépistage a changé", explique l'expert. Les cas symptomatiques et asymptomatiques peuvent se faire tester, plus de cas peuvent donc être détectés. Ce ralentissement est observé dans toutes les provinces et dans toutes les tranches d'âge.
  • La réouverture des écoles, et la légère augmentation de cas chez les enfants de moins de 10 ans qui l'accompagnent, peut également expliquer cette baisse de vitesse. Cela dit, les enfants ne représentent que 3% des infections.

"Le seuil de 800 nouveaux cas par jour pourrait donc être atteint à la fin du mois de décembre, et pas vers Noël comme on l'avait pensé à un moment", explique le porte-parole interfédéral. Pour rappel, ce n'est qu'une fois qu'il y aura moins de 800 contaminations par jour et maximum 75 hospitalisations par jour que les mesures pourront être allégées.

La Flandre en retard

La baisse des contaminations continue dans les provinces belges. La diminution observée est plus importante en Wallonie et à Bruxelles, avec une diminution des nouvelles contaminations allant jusqu'à -40% dans la province du Hainaut. C'est à Anvers qu'il y a le plus de cas détectés, avec 326 cas par jour, suivi de très près par la Flandre Orientale et par le Hainaut.  

Pour les hospitalisations, une tendance à la baisse est observée dans toutes les provinces, sauf à Namur qui connaît une légère augmentation. "En moyenne, pour la première fois, nous sommes descendus en dessous des 200 hospitalisations par jour", annonce Yves Van Laethem. "Cette diminution n'est pas équivalente partout, puisqu'en Flandre on a une diminution de 20%, qu'à Bruxelles elle est de 31% et en Wallonie de 34%." Le nombre de décès continue de diminuer aussi.

En Belgique, le nombre de cas augmente dans près de 25 communes, sans que l'on puisse y détecter de foyers ou de clusters précis, explique Yves Van Laethem. Cette situation est suivie de près par les autorités, qui en recherchent la cause.

Dans les maisons de repos

Comme chaque vendredi, les experts ont fait le point sur la situation dans les maisons de repos. Durant la semaine du 25/11 au 1/12, les nouvelles infections par 1000 résidents baissent dans toutes les Régions. Sur 1 000 résidents en maison de repos, 51 sont positifs en Flandre, 59 en Wallonie et 32 à Bruxelles. 

Le nombre de foyers importants en maison de repos continue à baisser également.

Même si les chiffres sont encourageants, "il y a encore une vigilance à avoir concernant la protection des plus faibles en maison de repos", rappelle Yves Van Laethem.

Nouvelle enquête Sciensano

Ce vendredi, Yves Van Laethem a également invité la population à participer à la 5ème enquête réalisée par Sciensano, lancée ce jeudi. Il est possible d'y répondre jusqu'au 11 décembre. Le but est de mieux comprendre la situation et surtout, la façon dont les belges réagissent face à l'épidémie. En plus des thèmes abordés habituellement, touchant au bien-être social et mental, l'enquête s'intéresse aussi aux thèmes d'actualité. Cette fois, elle s'intéressera aux vaccins et à leur implémentation en Belgique.