Cet hiver, les voyages au ski étaient déconseillés. La plupart des stations étaient d'ailleurs classées en zone rouge, obligeant les voyageurs qui en revenaient à respecter une quarantaine stricte et à se faire tester en rentrant. Malgré cela, une femme de la commune d'Edegem est partie le 19 décembre en Suisse pour profiter des pistes pendant une semaine. Divorcée, elle avait laissé sa fille à son ex-compagnon pendant cette période. 

Malheureusement, la mère de famille n'a pas respecté les mesures en vigueur en rentrant en Belgique. Le lendemain de son retour, elle accueillait déjà sa fille chez elle pour quelques jours. Et ce n'est qu'au lendemain de son arrivée en Belgique qu'elle est allée passer un test, qui s'est avéré négatif.

A la veille de la rentrée scolaire, alors que sa fille retournait au domicile du papa, la mère de famille a passé un second test. Celui-ci était positif. On ignore encore si la mère de famille a communiqué le résultat de son test au père de l'enfant. A la rentrée scolaire, sa fille était en tout cas bien présente à l'école primaire d'Edegem. Au début, elle ne présentait aucun symptôme. Jusqu'à mercredi soir. Le père, sa fille et le reste de la famille ont alors été testés : les résultats sont tous revenus positifs. Les médecins ont suspecté une infection à la variante britannique du virus et ont demandé à la famille d'observer une quarantaine plus longue afin d'éviter de contaminer d'autres personnes.

5.000 personnes en quarantaine

Pendant ses deux jours et demi à l'école, la fillette avait infecté une autre élève, qui avait à son tour infecté sa mère, enseignante au sein d'une école de Kontich. Afin de minimiser les risques de contaminations, les deux établissements ont décidé de fermer leurs portes pendant une semaine. Au total, près de 5.000 personnes ont dû se mettre en quarantaine : les nombreux élèves, mais aussi le personnel enseignant ainsi que leurs familles. A Kontich, des tests sont réalisés ce mardi auprès des 1.450 élèves et 250 membres du personnel. Ils ont été effectués ce lundi à l'école d'Edegem. Tout le monde devra à nouveau se faire tester dans une semaine afin de pouvoir lever la quarantaine.

Lundi, le bourgmestre d'Edegem, lui aussi placé en quarantaine, a réagi à cette affaire, non sans une pointe d'agacement:  "Nous avons convenu de ne pas polémiquer. Mais si tout le monde respectait les règles, on ne serait pas dans une telle situation. Des milliers de personnes doivent rester en quarantaine en raison de la négligence de certains”, a-t-il expliqué au quotidien Het Laatste Nieuws. "Le nombre d’infections dans notre commune ne semble pas avoir augmenté de manière significative pour l’instant. Mais je crains une augmentation de ces chiffres dans la semaine. Pour l’instant, il n’y a eu que deux infections détectées à l'école." A Kontich, le bourgmestre va effectuer des contrôles supplémentaires pour s’assurer du respect des quarantaines.