Questionné sur l'efficacité des vaccins contre le variant indien, le porte-parole interfédéral est revenu sur la présence de ce variant dans notre pays. Avec 77 cas répertoriés de la souche dite indienne, " même s'il doit y en avoir un peu plus en réalité, cela reste un variant extrêmement minoritaire sur notre territoire", a-t-il souligné. " On sait qu'il a pris une extension importante en Inde, majoritairement liée aux circonstances locales de pèlerinage et aux difficultés d'appliquer les mesures de protection", a-t-il indiqué en ajoutant que c'était bien " pour éviter la propagation de n'importe quelle souche" que des mesures sanitaires sont encore en vigueur chez nous.

Quant à la question de l'efficacité des vaccins contre ce variant, Yves Van Laethem a avancé que " les premières données disponibles montrent une activité des vaccins à ARN messager (Ndlr : les vaccins Pfizer et Moderna) concernant ce type de souches du même niveau que celle que l’on a pour d’autres variants à problèmes potentiels, comme le sud-africain. Cela veut dire qu’il y a une certaine diminution de l’activité mais que les données laissent penser que la protection va être adéquate contre les formes sévères de la maladie." Et "protéger contre les hospitalisations et contre l'évolution vers des cas sévères reste bien le plus important dans une campagne de vaccination pour lutter contre une pandémie", a-t-il tranché.