Selon le biostatisticien Geert Molenberghs (UHasselt), Bruxelles et la Wallonie devraient ainsi passer à la vitesse supérieure. Le bioinformaticien Bart Mesuere (UGent) est également d'avis que Bruxelles et la Wallonie devraient intensifier leurs efforts, lit-on jeudi dans l'hebdomadaire Knack. Le nombre de tests pour 100.000 habitants est ainsi beaucoup plus élevé en Flandre, selon les chiffres. La Flandre occidentale fait figure de meilleur élève, avec 2.745 tests pour 100.000 habitants, et le Brabant flamand de dernier de classe avec 2.012 tests.

À Bruxelles, en revanche, ce chiffre n'est que de 1.547. En Wallonie, la province du Luxembourg, celle avec le meilleur score, atteint à peine 1.859 tests pour 100.000 habitants tandis que celle de Liège, avec 1.268 tests, est bonne dernière.

© IPM

Pour le biostatisticien Geert Molenberghs (UHasselt), c'est clair : "Bruxelles et la Wallonie doivent passer à la vitesse supérieure", dit-il. "Des tests suffisants sont l'un des éléments permettant de briser la transmission du virus."

Selon cet expert, la vulnérabilité sociale des personnes joue un rôle. En outre, la Wallonie a été très durement touchée par la deuxième vague. Un choc qui se fait encore sentir. "Liège a eu, relativement parlant, six fois plus d'infections que le Limbourg à un moment donné. La politique de test et la recherche des contacts ont craqué de toutes parts", assène-t-il.