"Comme recommandé par le Groupe d'Experts en charge de l'Exit Strategy (GEES), la vente de masques chirurgicaux sera permise aux particuliers à titre de précaution, de façon à permettre à tout citoyen qui en aurait le besoin de se fournir en matériel de protection", annonce la Première ministre Sophie Wilmès et les ministres-présidents des entités fédérées samedi dans un communiqué commun. Cette vente de masques dans la grande distribution, strictement encadrée, est l'un des éléments d'une "stratégie commune et coordonnée" annoncée par les différents niveaux de pouvoir du pays.

Dans cette optique, l'arrêté royal du 23 mars 2020 sera suspendu. Celui-ci stipulait que la vente au détail des équipements de protection individuelle était "uniquement autorisée aux officines agréées". La suspension de cette disposition sera néanmoins évaluée constamment. La Première ministre et les ministres-présidents assurent que "des mesures seront prises par le secteur de la grande distribution afin de s'assurer que cette vente se fasse de manière raisonnée et régulée de façon à éviter des achats de masse qui seraient au détriment de l'intérêt général." Ils ajoutent que "le secteur de la grande distribution s'est engagé à ne pas faire de l'accès à ces masques une opération commerciale ainsi qu'à garantir la qualité des produits vendus." 

Le secteur "s'engage à organiser la vente de telle manière que les conditions de respect de distanciation sociale soient assurées et qu'un maximum de foyers puisse avoir accès rapidement à un lot de masques", précise encore le communiqué. Dès lundi, date qui marque le début du déconfinement en Belgique, le port d'une protection qui couvre la bouche et le nez sera fortement recommandé à partir de 12 ans dans l'espace public et obligatoire dans les transports en commun, selon la décision prise par le Conseil national de Sécurité le 24 avril dernier.