Plus de 1.000 soldats belges ont participé à l'exercice militaire organisé au camp d'entraînement de Bergen-Hohne, en Basse-Saxe. Les 75 militaires testés positifs ont été rapatriés en Belgique en bus. Le conducteur était complètement isolé grâce à une paroi en plexiglas et il portait un masque FFP2, a précisé le service de presse de la Défense à l'agence Belga.

"Le commandant de l'exercice a eu un entretien, dimanche 18 octobre, avec les autorités allemandes pour faire une mise au point des procédures de reporting ainsi qu'une coordination des mesures de restriction des contacts avec le milieu civil", a précisé la Défense.

Si un militaire présente des symptômes du Covid-19 lors d'une mission à l'étranger, il est immédiatement isolé et est testé dès que possible. Ses contacts rapprochés sont également isolés jusqu'à ce que les résultats du test soient disponibles. Dans le cas où la personne est positive, ces mêmes contacts restent isolés et sont également testés.

Un centre de contact au sein de la Défense est chargé de "tester et tracer" les contacts professionnels. Chaque cas positif est personnellement contacté pour établir la liste des personnes qui ont été en contact avec lui. Tous les contacts à haut risque sont isolés et testés selon les directives de l'Institut de santé publique Sciensano.

La brigade motorisée, l'un des deux piliers opérationnels de la composante Terre de l'armée, avait organisé cette période d'exercice - considérée comme "capitale" - du 12 au 27 octobre au camp d'entrainement de l'Otan de Bergen-Hohne (nord-ouest de l'Allemagne), en s'entourant de précautions sanitaires, dont une mise en quarantaine avant le départ.