Ce vendredi, le centre national de crise et le SPF Santé publique ont dévoilé les chiffres du jour et ont également répondu aux questions liées à l'évolution de l'épidémie de coronavirus en Belgique.

Au cours de la conférence de presse de ce vendredi, les experts ont annoncé le décès de 29 personnes au cours des dernières 24 heures. Dans les hôpitaux, on dénombre 32 nouvelles admissions et 64 départs.

Ce vendredi 5 juin, à quelques jours de la phase 3, Yves Van Laethem avait deux messages à adresser à la population belge.

Tout d’abord, le porte-parole interfédéral a tenu à donner un meilleur aperçu de l’impact que la maladie a eu sur les patients avant de définir le profil de ceux-ci. Grâce aux données venant quotidiennement des hôpitaux ainsi qu’à une étude Sciensano, il est possible d'épingler quelques chiffres intéressants concernant les patients. Au départ, les personnes admises à l’hôpital au début de l’épidémie correspondaient au profil “typique” : il s’agissait de patients qui présentaient de la fièvre, de la toux et avaient des difficultés à respirer. Peu à peu et grâce à l’évolution des connaissances et de l’épidémie, les raisons d’admissions pour Covid-19 sont devenues plus nombreuses.

Le profil des patients est également différent : “depuis début avril, les personnes hospitalisées sont un peu plus âgées qu’avant”, 71 ans en moyenne, ce qui s’explique par le fait que de nombreuses personnes hospitalisées viennent de maisons de repos et de soin. En Belgique, 13% des patients hospitalisés sont passés par les soins intensifs. Ce chiffre correspond à ce que l’on peut lire dans la littérature internationale sur le sujet. En ce qui concerne les décès, 22% des patients hospitalisés sont décédés en Belgique. Comme confirmé dans plusieurs études, l’âge est un facteur prédominant. “90% des décès sont survenus chez des gens de plus de 65 ans”, assure Yves Van Laethem. Le fait d’être un homme, ou encore d’avoir une autre maladie comme l’hypertension, sont également des facteurs aggravants.

“Nous pouvons ressortir en paix”

Le deuxième message d’Yves Van Laethem se voulait beaucoup plus positif. Depuis maintenant 7 semaines, les indicateurs sont dans le vert. "On peut ressortir en paix et en toute sécurité", annonce-t-il.Tant pour le nombre de cas confirmés, que pour le nombre de tests ou encore d’hospitalisations, on peut observer une diminution de près 30% lorsque l’on compare les deux dernières semaines. La situation est donc favorable, et le “virus bien repoussé” selon le virologue. En effet, pour la semaine dernière, le taux de reproduction du virus est de 0.81. Un signe encourageant.

Alors peut-on dire que l’épidémie de coronavirus est sous contrôle en Belgique ? “Comme le montrent les chiffres et les tendances, la première vague semble être sous contrôle, ce qui ne veut pas dire que l’on doit faire n'importe quoi.“

Si tous les signaux semblent être au vert pour que la phase 3 commence ce lundi, le porte-parole interfédéral a tout de même rappelé que la prudence était de mise : “Nous avons tous un rôle à jouer”.

© AFP