Le nombre moyen d'infections au coronavirus en Belgique est passé à 1.551,3 par jour entre le 18 et le 24 septembre (+17% par rapport à la période de sept jours précédente), une tendance dont la hausse ralentit depuis cinq jours. Les autres indicateurs semblent entamer le même mouvement, selon les chiffres provisoires du tableau de bord de l'institut de santé publique Sciensano.


Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral, explique que la répartition par âge montre que la moyenne hebdomadaire du nombre de cas chez les enfants de moins de 10 ans diminue. Il n'y a pas de réel problème dans cette tranche d'âge. Par contre, dans les autres tranches d'âge, les chiffres continuent d'augmenter.

Les augmentations sont visibles au niveau national. Van Laethem assure qu'elles concernent "toutes les provinces, bien que celle du Limbourg soit moins touchée. La situation reste préocuppante à Bruxelles-Capitale même si, là aussi, le taux d'augmentation semble ralentir. Nous sommes devant une cassure de la courbe et on espère qu'elle va s'accentuer."

Yves Van Laethem annonce que "10% des tests effectués dans la région de Bruxelles-Capitale sont positifs. Ce qui confirme donc qu'il y a une réelle circulation du virus dans la capitale et pas seulement une augmentation des tests. C'est plus du double de la moyenne nationale."

Les provinces les plus touchées derrière la région de Bruxelles sont Anvers et Liège.

Logiquement, un tiers des nouvelles admissions ont lieu dans la région de Bruxelles-Capitale. Et puis plus ou moins 10 % dans chacune de ces provinces : Flandre-Orientale, Liège et Anvers.

La quatrième enquête de santé de Sciensano

Yves Van Laethem annonce que la quatrième enquête de santé de Sciensano a débuté. "Elle se concentre sur les mesures qui sont en vigueur, sur le suivi des personnes infectées et sur le futur vaccin qui devrait arriver à partir du mois de mars. Elle se concentre aussi sur votre vécu personnel après six mois de vie parfois difficiles avec le virus. C'est l'opportunité pour vous d'aider les scientifiques et les décideurs politiques."

Benoit Ramacker, porte-parole du centre de crise, a ensuite pris la parole pour encourager les entreprises qui le peuvent à favoriser au maximum le télétravail. "C'est en effet une mesure très efficace pour ralentir la propagation du virus. Essayez également d'organiser autant que possible des réunions virtuellement. Et si ce n'est pas possible, prenez toutes les mesures qui s'imposent : respect des distances, pièces aérées et hygiène des mains." Enfin, le porte-parole du centre de crise a demandé aux sportifs de respecter les distances et les règles d'or même après l'effort et durant la traditionnelle troisième mi-temps.