C'est Frédérique Jacobs, responsable de la Clinique des maladies infectieuses et tropicales à l’Hôpital Erasme, qui remplace le docteur Van Laethem. En effet, l'infectiologue Yves Van Laethem, qui s'est mis en quarantaine la semaine dernière, devra encore rester quelques jours à l'écart de la société. Il partira ensuite en vacances.


Mme Jacobs a commencé par présenter les chiffres du jour. La moyenne nationale de nouveaux cas diagnostiqués chaque jour est de 278,9 au cours de la dernière semaine. En moyenne, 17,4 personnes par jour ont été admises à l’hôpital suite à une infection au Covid-19 la semaine dernière. C’est une augmentation de 30 % par rapport à la semaine précédente.


Importance des gestes barrières

Frédérique Jacobs juge que "l'augmentation rapide du nombre de cas est inquiétante" et même si le nombre de patients hospitalisés est encore bas, il faut être vigilant. On sait qu'il y a toujours un délai entre la contamination, le développement des symptômes et l'admission à l’hôpital. Raison pour laquelle il faut continuer à bien appliquer les gestes barrières. "Pensez au nombre de fois où vous auriez dû vous laver les mains hier et où vous ne l'avez pas fait, a-t-elle demandé, et faites le aujourd'hui". Elle a également rappelé l'importance de rester chez soi en cas de symptômes, même si ceux-ci sont parfois modérés. "C'est grâce à ces mesures que l'on réussira à limiter la propagation du virus", a-t-elle ajouté.


"Cela prendra du temps avant que la situation ne revienne dans l'ordre. C'est pour cela que nous devons adapter nos comportements dès maintenant. Surtout en prévision des beaux jours qui s'annoncent, car la tentation d'oublier le virus sera grande", a aussi rappelé Baudewijn Catry, remplaçant de Steven Van Gucht comme porte-parole interfédéral Covid-19. "Nous en avons tous vraiment marre du Covid-19 mais ignorer le virus n'est pas une option pour le moment", a-t-il insisté, tout en répétant encore l'importance des gestes barrières.


Antoine Iseux, représentant le Centre national de crise, a souligné la réaction de la majorité de la population. Il a remercié expressément les jeunes adultes, que l'on sait être la tranche de la population au sein de laquelle on décèle le plus de nombre de cas actuellement. En ce qui concerne l'organisation d’événements festifs, il a rappelé que le risque de former de nouveaux clusters empêchent actuellement de pouvoir profiter pleinement de ces différents rassemblements.


Le CNS devrait trancher aujourd'hui sur plusieurs questions en s'appuyant sur le rapport du Celeval (la cellule d'évaluation composée d'experts).