Si depuis quelques jours, les contaminations sont reparties légèrement à la hausse en Belgique, il s'agit d'une "évolution naturelle" pour Emmanuel André, qui appelle à la réaction.

"Ce qui est clair, c’est qu’on est aujourd’hui dans une phase où l’épidémie a fort chuté ces dernières semaines, avant d’atteindre un plateau, et un plateau, son évolution naturelle, c’est une augmentation. Les hospitalisations et décès sont eux toujours ‘à retardement’", explique l'ancien porte-parole interfédéral. 

"Il faut faire quelque chose pour reprendre le contrôle, si on ne le fait pas cela va déraper de nouveau", plaide-t-il, alors qu'un nouveau comité de concertation aura lieu ce vendredi.

"Les mêmes mesures n'ont plus le même impact qu'il y a deux semaines, car ont est fatigués". Le virologue redoute que l'érosion de l'efficacité des mesures provoque un regain épidémiologique, d'autant plus à l'approche des fêtes de fin d'année. "On a devant nous des risques importants qui sont Noël, puis une semaine d'incubation plus tard, le Nouvel an, deux phénomènes au timing parfait pour le virus."

"Si ces personnes contaminent deux trois autres à Noël, puis encore deux trois au Nouvel an, ce sera très très difficile pour commencer 2021", s'inquiète Emmanuel André.