Gwen Moerman est en colère. Face à la montée en puissance des contaminations de Covid-19 dans les écoles du pays, ce directeur d'une école primaire à Gand plaide pour une fermeture nette des établissements scolaires. " Les écoles doivent être fermées. Les primaires aussi. Elles sont le moteur de la pandémie", martèle-t-il auprès de nos confrères de HLN. " Est-ce qu’on va enfin avoir le droit de le dire? La manière dont on doit travailler n’est pas sûre. Il n'y a qu'une seule solution à prendre, et maintenant".

Le directeur demande un arrêt complet de l'enseignement et propose que les cours soient rattrapés pendant l'été: "Les semaines de cours qui auront été perdues maintenant, on peut les récupérer durant l’été. Avec des leçons valables, que les enseig­nants auront le temps de préparer. Oui, la grande majorité des professeurs seront d’accord de le faire. C’est une année exceptionnellement différente. Et cet été, on sera plus en sécurité", estime-t-il.

Pas même des cours à distance

"Ne passez pas aux leçons en ligne, cela ne fonctionne pas pour les enfants. Cela peut être possible à partir de la quatrième année du secondaire, mais cela ne sert à rien pour les jeunes enfants. Nous l'avons déjà vu lors du premier confinement", soutient-il, expliquant que les cours en ligne ne font qu’accroître les inégalités entre les élèves.

Sa demande peut détonner avec la position des experts qui plaident, au contraire, pour un maintien des cours en présentiel, les cours à distance ayant trop d'effets sur la santé mentale des jeunes. D'autant plus que les enfants joueraient un rôle peu important dans la propagation du virus, contrairement aux adultes qui sont souvent à l'origine de ces clusters.

Mais justement, pour Gwen Moerman, il serait temps de prendre en considération les professeurs. "Il s'agit toujours des intérêts des enfants, mais qu'en est-il des enseignants? Nous sommes de la chair à canon et le gouvernement ne fait rien pour notre sécurité."

"Si on était encore dans les années 80, cela fait longtemps que le corps enseignant serait dans les rues à manifester. Pourtant, les professeurs sont eux aussi parents ou même déjà grands-parents, et parfois ils prennent soin de personnes âgées", argue-t-il.

Le directeur reproche au gouvernement la contradiction qu'il y a entre la situation dans les établissements scolaires et les règles sanitaires en vigueur dans le reste de la société. "Dans toutes les écoles, c’est chaque jour une grande fête avec des centaines de personnes. A l’intérieur, en plus. Alors qu'on ne peut normalement pas être plus de quatre. Faites d’abord en sorte que tous les enseignants aient un masque FFP2. Arrêtez les repas chauds, faites en sorte qu'on mange en classe. Et désinfectez les écoles de fond en comble deux fois par semaine. Oui, cela engendre des coûts. Mais les professeurs n’en valent-ils pas la peine ?"