L'Office de la Naissance et de l'Enfance (ONE) a décidé de réduire pour certains parents la participation financière que ceux-ci doivent normalement recommencer à verser dès lundi à la crèche ou l'accueillante qui garde leur enfant, que celui-ci retourne ou pas dans sa structure d'accueil.

Pour la période du 18 mai au 31 août, les différents milieux d'accueil de Wallonie et de Bruxelles ont en effet la possibilité de réduire la charge financière réclamée aux parents dans trois cas précis.

La mesure profitera notamment aux parents qui, depuis le 14 mars en raison de la crise du Covid-19, ont enregistré une baisse significative de leurs revenus ce qui ne leur permet plus de payer tout ou partie de leur participation financière habituelle (justification économique).

Les parents qui, parce que eux ou leur enfant, sont particulièrement à risques face au virus bénéficieront des mêmes facilités s'ils gardent leur enfant auprès d'eux (justification sanitaire).

Enfin, les parents qui ont placé leur enfant dans une structure d'accueil proche de leur employeur pourront également profiter de la mesure s'ils sont contraints de continuer à télétravailler, ou s'ils comptaient d'habitude sur les grands-parents pour conduire leur enfant en crèche (justification organisationnelle).

Dans ces trois cas seulement, la participation financière des parents pourra être adaptée.

L'ONE compensera la perte de revenus qui en découlera pour les structures d'accueil concernées à hauteur de 16 euros par jour complet et par enfant, plafonnés à la participation réellement payée par les parents.

Dès le début de la crise pandémique en mars, de nombreux parents avaient décidé de ne plus placer leur enfant en crèche, bien que ces structures n'aient jamais été contraintes de fermer.

Face à cela, le gouvernement avait accordé aux parents le droit de suspendre le paiement de la participation financière normalement prévue par le contrat d'accueil de leur enfant, et avait compensé ces pertes de rentrées pour toutes les structures d'accueil par des indemnités.

Ce régime spécial va toutefois cesser à compter de ce lundi 18 mai. Tous les parents seront donc à nouveau tenus de payer leur participation financière même s'ils décident de garder leur enfant chez eux, sauf pour les trois justifications précitées.