La Belgique connaît actuellement une situation inédite. Pour faire face à l'épidémie de coronavirus qui sévit dans notre pays depuis presque un mois, les autorités ont adopté une série de mesures drastiques visant à limiter au maximum les contacts entre les citoyens. Le mot d'ordre ? Rester chez soi. Pour s'assurer que les Belges ne fassent pas de déplacements non-essentiels, les magasins non-alimentaires ont été fermés, le télétravail a été hautement recommandé et les rassemblements interdits. Mais ces dispositions particulières ne sont pour le moment toujours pas appliquées à la lettre par tout le monde.

Fatigué de voir ces mesures bafouées, le bourgmestre de Welkenraedt a appelé à ce que les habitants de sa commune dénoncent les contrevenants. "Notre zone de Police constate régulièrement l’attitude d’irresponsables qui invitent, le plus souvent via les réseaux sociaux, à des activités ou rassemblements clandestins. Si vous avez connaissance de l’organisation d’un rassemblement clandestin : contactez-nous via le 101 !", a écrit Jean-Luc Nix sur la page Facebook de la commune de Welkenraedt. Si certains ont salué cet appel, d'autres l'ont vivement condamné. "On se croirait revenu en 1940", écrit un citoyen. "Il ne manquait plus que ça, la délation", réagit encore un autre.



Pour le bourgmestre de la commune, il s'agit là d'une question de "santé publique".  "On sortira de cette crise si tout le monde joue le jeu, il faut faire prendre conscience aux gens que ce sont des mesures inédites, s'est justifié Jean-Luc Nix auprès de nos confrères de La Province. Donc, tout comportement inadéquat doit être dénoncé parce qu’il y va de la santé de tous". 

La police aurait depuis lors déjà reçu de nombreux mails et appels pour signaler des rassemblements illicites.