Yves Van Laethem a commencé son intervention en revenant sur la tendance actuelle. Si les chiffres baissent encore légèrement, on constate une stagnation avec un niveau beaucoup moins élevé que celui souhaité. Cette tendance s'observe plus dans le nord du pays et dans la province du Luxembourg.

Premier élément pour l'expliquer, le retour des vacances qui va de pair avec une augmentation du nombre de tests positifs, même si le nombre de tests réalisés n'a pas beaucoup augmenté. Seconde explication, l'augmentation des cas positifs au Covid-19 qui se remarque surtout chez les adolescents (plus 10%), due notamment à la réouverture des écoles. Le testing va donc se faire de manière plus accrue dans les établissements scolaires. Il faut donc continuer à réaliser un maximum de prévention chez les jeunes et faire attention au mélange des tranches d'âges, notamment petits enfants et grands-parents, surtout à l'approche des fêtes.

Une stagnation dans les chiffres

Sur la semaine dernière, 2.163 nouveaux cas par jour ont été rapportés, soit une diminution de seulement 10% sur base hebdomadaire. Ce qui signifie que le nombre d'infections diminue de 50% seulement tous les 46 jours maintenant. "Ce qui est beaucoup plus long que ce que nous avions il y a peu", a rappelé Yves Van Laethem. Le palier des 800 cas par jour s'éloigne encore plus de nous. "On voulait l'atteindre à Noël, si cela continue comme ça on ne l'atteindra qu'à la mi-janvier, début février."

Au niveau national, les chiffres diminuent, mais on parle d'une augmentation de 19% dans la province du Luxembourg, de 8% en Flandre occidentale, de 4% dans le Brabant Flamand et de 2% dans le Limbourg. Une augmentation surtout remarquée chez les enfants et les plus de 80 ans. Dans le reste des provinces, la diminution se poursuit par contre, mais la situation est à surveiller dans les semaines qui arrivent.

Dans les nouvelles hospitalisations, on constate une stagnation depuis quelques jours. Cette évolution est plus marquée dans le Hainaut, sans explication pour le moment. Sur base hebdomadaire, on compte 189 nouvelles hospitalisations chaque jour, soit une diminution de 18%. On pourrait donc à ce rythme être au seuil souhaité des 75 nouvelles hospitalisations par jour début janvier et non fin décembre comme prévu. Au niveau des décès, ils diminuent toujours, avec un rythme de 19%. On déplore actuellement en moyenne 109 décès chaque jour.


Limiter ses voyages à l'étranger 

Il n'y a pas de raison de se décourager, ce phénomène peut être transitoire selon l'expert. "Cette diminution présente depuis des semaines, elle est due aux efforts de la population et cela nous rappelle donc que l'on doit continuer à s'appliquer à respecter les règles sanitaires. Ce sont les petits détails qui font la différence", a-t-il rappelé.

Yves Van Laethem a de nouveau insisté sur l'importance du télétravail, selon lui il a plus d'avantages que d'inconvénients. Si vous êtes obligés de vous rendre sur votre lieu de travail, les distances et le port du masque sont indispensables. L'expert est aussi revenu sur les courses. Il a invité la population à consommer local et à éviter le shopping plaisir.

Limiter ses contacts est également le message clé pour continuer à faire diminuer les chiffres, il faut donc se limiter à une personne proche comme recommandé. "Au moindre symptôme, contactez votre médecin et mettez-vous spontanément en quarantaine", a poursuivi l'expert.

Enfin, il est indispensable de limiter ses voyages à l'étranger en particulier dans les pays où la situation épidémiologique est préoccupante, comme aux Pays-Bas, en Allemagne et en particulier au Grand-Duché du Luxembourg. Ce sont donc les pays les plus proches qui sont à éviter pour le moment.


"Les règles sont nos armes contre le virus"

Les bonnes nouvelles se sont enchaînées la semaine dernière avec l'annonce de l'arrivée prochaine du vaccin, mais selon Antoine Iseux (porte-parole du centre de crise), cela ne veut pas dire que la bataille est gagnée et le virus est toujours bien présent à l'inverse de ce que pensent certains. Néanmoins, la première semaine qui a suivi la réouverture des magasins s'est bien passée et la population semble bien respecter les règles, mais attention le porte-parole a tenu à rappeler que le shopping doit se faire seul et sans s'attarder. "Nous ne sommes pas dans l'époque du fun shopping mais au run shopping", a-t-il souligné. Il a invité également à ne pas accompagner les personnes âgées pour faire leurs courses mais plutôt à les faire pour elles. 

Il est aussi revenu sur les récentes lockdown parties qui selon lui sont "une ouverture directe du virus sur nos foyers, les braises de l'épidémie n'attendent que ça". Ce week-end encore, de nouveaux rassemblements privés ont eu lieu. "Ce n'est pas agir de manière solidaire, il faut penser aux personnes fragiles qui pourraient être touchées en ricochet". Les règles doivent donc être respectées pour pouvoir à nouveau augmenter nos contacts sociaux. Le porte-parole a rappelé que risque est actuellement trop important, et que ce sont bien les règles qui nous permettent de poursuivre une partie de nos activités malgré la pandémie. "Ne lâchons rien au virus", a conclu Antoine Iseux.