Les anciens mineurs de fonds, qui avaient obtenu en mai dernier un ajustement de leur pension, se félicitent que le gouvernement fédéral ait pris des mesures structurelles et durables pour le personnel soignant.

Ces ex-mineurs ont demandé que le montant restant de leur pension auquel ils prétendaient avoir droit soit investi dans les prestataires de soins, dans la foulée de la crise sanitaire du Covid-19. En mai dernier, le supplément de pension des anciens mineurs de fond, a été approuvée en séance plénière de la Chambre, de sorte à corriger des pertes financières avec effet rétroactif au 1er janvier 2011.

Initiallement ces anciens mineurs des puits limbourgeois, les dernières à avoir cessé leurs activités en Belgique, misaient sur une rétroactivité de 30 ans.

Selon le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine (MR), 8.000 mineurs pensionnés bénéficient grâce aux nouvelles mesures d'environ 25.000 euros, soit un cout pour le trésor de 200 millions d'euros.

"Nous avons convenu de réduire la rétroactivité de 30 ans à un minimum de 10 ans, à la seule condition que le montant des 20 années restantes soit consacré aux soins. D'ailleurs, nous avons fortement insisté sur ce point lors d'une conversation avec la Première ministre", font savoir les mineurs. "Elle a tenu sa parole et cela lui tenait à coeur".

Ces anciens mineurs sont heureux de porter leur pierre à l'édifice. "Nous nous félicitons que le gouvernement sous la houlette de la Première ministre ait pris la décision de libérer du capital pour les prestataires de soins, toutes ces personnes qui ont risqué leur vie pour combattre le Covid-19", poursuivent les mineurs. "Les mesures structurelles et durables déboucheront sur une revalorisation salariale nette".