Les tests rapides d'antigène pourraient servir la stratégie de lutte contre le coronavirus, notamment pour le personnel et les résidents des maisons de repos et de soins.

Les Pays-Bas en ont déjà commandé deux millions, la France cinq millions et l'Allemagne neuf millions.

Interrogé par le quotidien flamand, le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke (sp.a) a confirmé que la Belgique n'avait pas encore passé commande. "Ces tests sont en cours de validation. Ce n'est qu'une fois le processus terminé que nous déterminerons quelle sera la meilleure manière de les utiliser. Nous nous concerterons avec les experts", a-t-il expliqué.

Une stratégie d'achat pourrait être envisagée fin octobre. Il restera alors à voir si le stock n'est déjà pas épuisé.